Genève Aéroport
Touristes, si vous saviez...
DES TRUCS ET DES PLANS / CROISIÈRES

Croisière sur l’Oder : de Berlin à Copenhague par la voie des eaux

La Poméranie dans tous ses états
S’il est une région qui ne viendrait pas de prime abord à l’esprit, c’est bien celle qui mène de Berlin à Stralsund par la voie des eaux. Et, pourtant, elle vaut bien une croisière le long des canaux, de l’Oder et des bras de la Baltique, ce grand lac qui se prend pour une mer. C’est l’histoire de se remettre à flot dans les histoires qu’on ignore parfois des régions telles que la Poméranie et la Pologne du nord-ouest.

Croisière Oder
Laissez-moi vous entraîner dans cette aventure de port en port et de clochers en châteaux, dans cette contrée qui a connu bien des guerres et qui, aujourd’hui, est le lieu préféré des Berlinois pour y consacrer des week-ends de loisirs, voire des vacances balnéaires. Je ne m’étendrai pas sur les plus grandes cités telles que Copenhague, Stettin ou Stralsund qui font l’objet de descriptions plus complètes dans Je pars (voir liens plus bas). Ces villes, fort intéressantes au demeurant, ne sont pas les seules, et de loin, à agrémenter cette croisière fluviale tantôt sur un canal, tantôt sur un fleuve, tantôt sur un bras de mer. La plus grande partie de ce parcours se déroule dans l’ex-RDA (République Démocratique d’Allemagne), plus communément appelée Allemagne de l’Est, avant la chute du rideau de fer. On découvre une région  forestière et champêtre ayant une très faible densité de population et dont la nature a été scrupuleusement préservée, déjà du temps du régime communiste, qui avait alors décidé d’en faire un gigantesque parc naturel. La multiplicité des espaces aquatiques d’eau tantôt douce, tantôt salée fait le bonheur des nombreux estivants amateurs de pique-niques et de baignade, de pêche à la ligne et de navigation, sur un « optimiste » pour le navigateur en herbe, un bateau habitable, un « vaurien », un « ketch » ou carrément un grand trois-mâts. Ces derniers servent  parfois de musées, mais peuvent prendre la mer pour des mini-croisières touristiques pour le bonheur des rêveurs de la marine à voile. Ces gréements participent aussi à de grands meetings de voile hauturière dans les ports de Hambourg, du Havre, de Brest, sur le Saint-Laurent, etc. On trouve dans cette région des réminiscences de l’époque nazi et de l’époque communiste avec des symboles propagandistes évocateurs, par exemple sur des bas-reliefs de bâtiments ou des statues.

Croisière Oder

Carnet de route
Le parcours débute par la bucolique voie navigable Oder-Havel dans le land du Brandebourg avec un héron cendré accompagnant quelques minutes le bateau de ses battements d’ailes. C’est une enfilade continuelle de petits ponts sous lesquels le bateau de croisière fluviale Mona Lisa avec sa modeste hauteur peut passer sans encombre. Ce canal a la configuration typique d’un canal que l’on retrouve dans bien des pays européens et bat ses confrères pour le nombre d’écluses, la plus spectaculaire d’entre elles étant l’ascenseur à bateaux de Niederfinow et son système de contrepoids qui permet même à un bateau de croisière tel que le Mona Lisa, dans un caisson d’eau tel une gigantesque baignoire,  de descendre à une verticale d’environ 30 mètres pour rejoindre l’Oder en contrebas.

Bateau Mona Lisa, Croisière Oder

Les adeptes de Citeaux
Après une escale au petit village d’Oderberg, une excursion permet de visiter l’abbaye de Chorin (13ème siècle) ayant vécu bien des aventures depuis son ouverture en 1278 pour l’ordre cistercien jusqu’à la dissolution de celui-ci à la période de la Réforme. La fermeture du monastère n’eut rien à voir avec le luthéranisme, mais elle fut plutôt due à la cupidité du prince-électeur Joachim II von Hohenzollern qui s’appropria les biens de l’abbaye. Laissée à l’abandon, elle fut reconstruite à partir de 1817 en pleine période du romantisme.  L’extraordinaire acoustique de la nef en fait une salle très appréciée des Berlinois amateurs de musique baroque.

Croisière Oder

D’une hanséatique à l’autre
Après une escale à la polonaise Szczecin (Stettin), la croisière se poursuit jusqu’au port et à la ville historique hanséatique de  Wolgast, sur la rive occidentale du Peenestrom, un détroit de la mer Baltique qui sépare l’île d’Usedom du continent. L’attrait principal est son hôtel de ville  construit en briques rouges dans le quartier historique. A savoir, que Wolgast est l’un des plus anciens chantiers navals depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Autre intérêt : l’église Saint-Pierre de style gothique abritant dans sa crypte les tombeaux des ducs de Poméranie.

Croisière Oder

Tous à la plage
Puis, direction vers l’île de Rügen avec escale au charmant petit port de Lauterbach, une occasion de faire une grande virée dans l’île de Rügen, la plus grande d’Allemagne en superficie.   Celle-ci permet de découvrir cet incroyable complexe de béton que fut le « Prora », construit par le régime nazi comme centre balnéaire pour les « bons Ariens », avec des chambres pour deux personnes. Ce complexe n’a guère vécu plus que deux ans. Il est aujourd’hui en cours de réaménagement en appartements qui,  curieusement, se vendent bien. Un autre lieu plus réjouissant est l’enfilade des trois stations balnéaires de Ahlbeck, Heringsdorf (référence à la pêche aux harengs) et Bansin.  Elles ressemblent à celles de la Grande-Bretagne avec, pour particularité, ces espèces de fauteuils en rotin qui, en ville comme à la plage, abritent à la fois du soleil et du vent et qu’il est possible de louer ou d’acheter. Côté insolite, c’est sur cette île qu’on trouve l’étonnante « Maison à l’envers » avec le toit en bas et le socle en haut.

Griefswald, la médiévale
Avant d’arriver à la ville hanséatique de Stralsund, un passage obligé sera pour le port et la ville médiévale de Greifswald, une autre place forte ayant appartenue à la Ligue hanséatique et ayant su garder une authenticité baroque. La première attraction est pour ses trois églises gothiques en brique : Sainte-Marie, la cathédrale Saint-Nicolas et Saint-Jacques. L’état d’esprit estudiantin persiste depuis la création de son université en 1539, ce qui lui donne aujourd’hui un dynamisme dû à la jeunesse,  majoritaire aujourd’hui et qui défend farouchement les déplacements à vélo.

Croisière Oder
Sur le port, l’attraction majeure est le U 461, sous-marin ayant appartenu tour à tour à la marine nazi et à la marine russe. Il est transformé en musée où des personnages en cire occupent les rôles des marins soviétiques. La croisière se termine à Straslund d’où un autocar conduit les croisiéristes jusqu’au port de Sassnitz pour une traversée de quatre heures en ferry jusqu’au port suédois de Trelleborg et la suite en car vers Copenhague.

Texte et photos Gérard Blanc

Sur le même sujet, à lire aussi :
Stettin, chef-lieu de la Poméramie occidentale
Copenhague, la Venise scandinave
Stralsund, l’héritage de Ligue hanséatique

Infos pratiques

Mona Lisa : Tel est le nom de baptême du navire assurant cette croisière. Construit en 2000 et rénové en 2010, il n’est peut-être pas le plus grand ni le plus luxueux de la flotte de CroisiEurope, mais il a pour mérite de s’adapter parfaitement au parcours sur le canal de Oder-Havel, où le tirant d’eau et l’espace dans les écluses ne permettrait pas la navigation d’un bateau plus spacieux.

Croisière Oder

Renseignements et réservations

CroisiEurope à Lausanne :   http://www.croisieurope.ch, tél. : +41 21 320 72 35.

Vols

Genève-Berlin et Copenhague-Genève avec easyJet.

Share

Laisser un commentaire


8 + 7 =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici