Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

Stralsund, l’héritage de la Ligue hanséatique

Fleuron du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, situé entre l’île de Rügen et le continent, Stralsund n’a rien perdu de sa fierté légendaire, malgré les péripéties qui ont mis sa survie en péril au fil des années.

Port de Stralsund
Sur l’une des façades des entrepôts du port de Stralsund figure un bas-relief représentant une Kogge, sorte de galion, moitié bateau marchand, moitié bateau de guerre. C’est une façon non déguisée de symboliser l’appartenance historique à la Hanse de Poméranie, orgueil traditionnel de la domination commerciale et militaire au même titre Lübeck, Greifswald, ou Stettin.  Le but de l’association de ces villes en ligue hanséatique était en premier lieu de se protéger contre les pillages des pirates, mais aussi à la conquête de certains royaumes, comme, par exemple, celui du Danemark. A une certaine époque, Stralsund a aussi été suédoise, peu de temps sous le contrôle du premier Empire et, enfin, intégrée à la Poméranie prussienne en 1815.

Stralsund a su conserver son authenticité baroque comme bien d’autres villes de la région. Dans le but de maintenir la tradition, le style baroque de la période de la post-Réforme a été scrupuleusement respecté. On découvre, en la visitant, que la situation commerciale florissante du 16ème siècle ne lui fit pas que des amies parmi ses consœurs. Certaines d’entre  elles, jalouses, allèrent même jusqu’à la conquérir militairement, n’hésitant pas à y bouter le feu, d’où la nécessité de remparts qui ont aujourd’hui disparu.
Stralsund est une presqu’île entourée par un bras de la Baltique au nord  et de quatre étangs sur les trois autres points cardinaux. Cette position a été idéale comme stratégie de défense de la ville lors des attaques incessantes.
Nombreuses sont les péripéties survenues dans l’histoire de Stralsund. Parmi les plus marquantes furent les nombreux incendies. Les autels et les reliques des églises furent saccagés. Le pire fut encore le bombardement du 6 octobre 1944 par l’aviation américaine. Chaque fois, on s’est remis à la tâche pour reconstruire et restaurer.

_MG_4931Sur le port
On y trouve encore quelques rares portions de remparts, notamment l’une d’elles formant un des murs de la plus ancienne taverne à marins d’Europe toujours en activité qu’est le Zur Fähre.  C’est là que, depuis 1332, les marins ont eu coutume de venir prendre une cuite au cours des escales. Les activités du port sont aujourd’hui l’objet de beaucoup de curiosité de la part des habitants et des visiteurs de passage pour regarder les allers et venues des bateaux commerciaux et plaisanciers.
Comme dans les autres villes maritimes de Poméranie, le port a occupé et occupe toujours une place prédominante, Straslund ayant toujours vécu du commerce maritime. A cela viennent s’ajouter aujourd’hui deux nouvelles attractions d’importance. La première est le grand trois mâts Groch Fork 1, construit en 1933 pour la formation des cadets allemands de la marine et aujourd’hui ouvert au public, officiant comme restaurant pour des banquets pouvant aller jusqu’à 400 couverts. La seconde est l’Ozeaneum, musée océanographique sur le thème de la mer et de la pêche. Mais le port est surtout le lieu de promenade jusqu’à une heure avancée de la soirée avec ses multiples cafés, bars à bière et marchands de glaces sur différents niveaux de terrasses face à la mer.
IMG_5537
Du baroque, toujours du baroque
Sur la vaste place du Marché convergent des rues qui, pour la plupart, offrent au moins une maison pittoresque au pignon baroque. Parfois même, elles occupent toute une rue. Ces maisons offrent un spectacle haut en couleurs. Elles peuvent  être à colombages et hébergent, à l’occasion, des boutiques d’artisanat, des tavernes, des librairies (y compris une librairie-café), des marchands de poissons, etc. Les noms des rues évoquent les métiers du 16ème siècle (rue des Tonneliers, rue des Tripiers, etc.,). Il faut se rapporter au temps où  chaque corporation avait un représentant au conseil de la ville, dirigé par des patriciens.

L’hôtel de ville
La vaste place du Marché est le point de départ de toute visite pédestre de Stralsund et mérite qu’on s’y attarde. A elle seule, elle regroupe plusieurs édifices ayant chacun son histoire, le plus spectaculaire étant l’hôtel de ville (13ème siècle). Les parties les plus belles sont les façades sud et nord richement décorées d’ornements et de blasons, tels ceux du prince Éric de Lunebourg ou d’Albert de Haute-Saxe. Il faut pénétrer à l’intérieur pour admirer la cour décorée d’une galerie en bois.

Stralsund
Les lieux de culte
Copie conforme de sa sœur de Lübeck, l’église gothique Saint-Nicolas a été bâtie au 14ème siècle à la place d’une chapelle en bois. Elle fut le lieu de sermons du réformateur luthérien Christian Ketelhot. Mais la première église d’importance pour son histoire et son art religieux est celle de Sainte-Marie. Elle se distingue par son déambulatoire et ses absidioles. Elle fut le plus haut bâtiment du monde de 1625 à 1647. Elle culminait à 151 mètres. En 1647, sa flèche s’écroula, frappée par la foudre et elle fut alors détrônée par la cathédrale de Strasbourg. Un nouveau clocher respectant le style baroque avec sa coupole a été reconstruit en 1708, mais ne culmine plus qu’à 103 mètres. Depuis le haut de son clocher, on peut avoir une vue panoramique sur les toits rouges de la cité.
Texte et photos Gérard Blanc

Infos pratiques

Vols

Genève-Berlin avec easyJet

Croisière fluviale

Depuis Berlin, CroisiEurope organise une croisière fluviale jusqu’à Straslund avec une extension jusqu’à Copenhague d’où le vol de retour a lieu. www.croisieurope.ch

Renseignements

http://www.germany.travel/fr

Hôtels

l’Arcona Baltic, le Wyndham Stralsund HanseDom

Restaurants

Fischermann´s Restaurant, Zur Kogge

Share

Laisser un commentaire


+ 8 = 9

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici