Touristes, si vous saviez...
JE PARS TOUT PRÈS

Suisse centrale : le Rigi, reine des montagnes

A 1797 mètres d’altitude, le sommet de celle qu’on appelle la « Reine des montagnes », comprenez le Rigi, est gratifié d’un belvédère légendaire du nom de Rigi-Kulm. Née il y a 150 ans, la Rigi-Bahn, train à crémaillère, en est son cordon ombilical.

Panorama à 360°
La reine Victoria d’Angleterre s’y serait fait hisser en chaise à porteurs depuis Weggis. Il faut  avouer que cette vue à 360° est  époustouflante.  Comme le décrit Linus Gutknecht,  directeur de l’hôtel Rigi de Vitznau, c’est comme si on pouvait embrasser la Suisse entière et même au-delà par grand  beau temps. On peut admirer à la fois  les sommets de la Forêt noire, du Ballon d’Alsace,  du Jura et des Alpes. Mais, plus près, ce sont les lacs des Quatre-Cantons, de Zoug et de Lauerz qu’on peut pointer, ainsi que les villages de Weggis, Küssnacht am Rigi, Buochs et Unterägeri.

Le centre thermal Mario Botta
Les eaux de Kaltbad ont offert depuis la nuit des temps des eaux dont la propriété thérapeutique a été appréciée par une clientèle fortunée.  Cette tradition a été conservée avec quelques adaptations visant à satisfaire des curistes de plus en plus exigeants. A Kaltbad, un  nouveau centre thermal a été conçu par l’architecte Mario Bortta et inauguré en 2012, selon un concept identique à ceux de Lavey et d’Yverdon. On y trouve de multiples bouillonnements et petites cascades qui font tant de bien aux dos contracturés., avec, en prime, une sortie vers une piscine à l’air libre avec vue sur les sommets de la Suisse centrale. Pour que la détente soit complète, le centre a prévu un bain de vapeur aux herbes de la montagne.
_MG_8079

_MG_8179 © Gerard BlancComme une horloge bien huilée, chaque jour à heures fixes, le port de Vitznau accueille les visiteurs qui embarquent sans attendre à bord des wagons de la  Rigi-Bahn. Au préalable, le port de Lucerne a prévenu la station de train de Vitznau du nombre de passagers qui allaient débarquer du bateau à aubes Stadt Luzern. Une estimation est alors faite par la Rigi-Bahn qui doit mettre à disposition suffisamment de sièges pour acheminer les arrivants jusqu’au sommet. Si le nombre est important, c’est le branle-bas de combat. Les mécaniciens qui étaient occupés à un autre travail abandonnent tout pour sortir le matériel et se préparer à conduire les passagers au point culminant du Rigi-Kulm en 37 minutes. Ils y seront rejoints par les passagers d’un autre train à crémaillère venant de Goldau.

Le premier d’Europe
La Rigi-Bahn est le premier train à crémaillère d’Europe et le second du monde après celui du Mount Washington aux USA. Il a été inauguré en mai 1871. Les travaux ont débuté en septembre 1869, un très court délai de construction pour l’époque. G.BlancRigiBahnLok18 © Gerard BlancSon concept est dû aux ingénieurs Niklaus Riggenbach, Adolf Naeff et Olivier Zschokke et approuvé par le Grand conseil du canton de Lucerne. L’un d’entre eux se rendit sur le Mount Washington  pour observer  la mise en œuvre de  sa crémaillère et s’en inspirer. Riggenbach avait déjà déposé son brevet à Paris. La réalisation de ce projet fut financée par les villes de Bâle, Olten et Lucerne sous forme d’une société par actions. Jusqu’en 1873, le train n’avait le droit de monter que jusqu’à la frontière entre les cantons de Lucerne et de Schwytz. Les cantons finirent par se mettre d’accord et le train put enfin monter jusqu’au Rigi-Kulm.

IMG_7907 © Gerard Blanc

Pédibus
Le Rigi-Kulm n’est qu’un aspect parmi d’autres de découvrir le Rigi. Si un chemin de randonnée longe la voie de chemin de fer, les versants de la montagne sont balisés sur quelques 130 km invitant à la découverte des chemins alpestres. IMG_8055 © Gerard BlancUne bonne formule est  de s’arrêter aux étapes de la ligne ferroviaire et d’en profiter pour rayonner dans les chemins de randonnée comme, par exemple, à la station de Kaltbad d’où on peut en 20 minutes à l’ouest, atteindre le superbe belvédère de Känzli. A l’est, une bonne suggestion est d’ emprunter l’ancien tracé de chemin de fer aménagé en chemin pédestre pour rejoindre le site de Scheidegg, autre sommet du Rigi d’où on bénéficie d’une superbe vue sur Goldau. Autre suggestion encore:  descendre du Rigi-Kulm jusqu’au Rigi-Klösterli avec pour conclusion la visite de l’ancien monastère et son église dédiée à «Maria zum Schnee».

Texte et photos Gérard Blanc

G.Blanc.RigiVue2 © Gerard Blanc

Cet article a également été publié dans le quotidien La Liberté

 

Share

Laisser un commentaire


huit + = quinze

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter