Festval Ambronay
Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Air France condamnée pour avoir annulé le vol de retour d’un passager

Air France n’est, et de loin, pas la seule compagnie aérienne à vouloir sanctionner ce qu’on appelle des « noshows », à savoir les passagers qui ont fait une réservation et ne se présentent pas au départ. Il est d’une pratique relativement courante depuis bien longtemps par ceux qui voyagent fréquemment, à savoir d’acheter un billet aller et retour qui sera moins cher que le billet aller simple et n’utiliser que la portion qui l’intéressera. Cette pratique est courante en cas d’annulation d’un billet de retour, mais moins dans le sens inverse. Formellement interdit !, disent plusieurs  compagnies aériennes dites « régulières ». Pour décourager les « fraudeurs », certaines d’entre elles n’hésitent pas à sanctionner en annulant la portion d’un billet aller et retour qui n’a pas encore été utilisée, et en les forçant (à condition qu’il reste encore de la place) à payer un prix au tarif plein pouvant dépasser largement le prix du parcours qu’il aurait dû payer selon son billet initial.

Sauf que la loi n’est pas de l’avis des compagnies. Ainsi en a décidé récemment  le Tribunal d’Instance  de Toulouse.  Cette décision a été prise à l’encontre d’Air France, suite à une plainte déposée par un passager qui s’était trouvé dans cette situation. Air France a été condamnée à rembourser le passager pour le nouveau billet qu’il avait dû acheter et à lui payer 500 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral ainsi que 800 euros pour les frais d’avocat. Stella Bisseuil, l’avocate du plaignant, a donc gagné le procès en plaidant que les mesures prises étaient  contraires aux conditions générales de vente qui prévoient l’application d’un surcoût, mais en aucun cas l’annulation pure et simple du billet retour.

Maintenant, la question est : « Mais pourquoi les compagnies aériennes proposent-elles des billets aller et retour moins cher que l’aller simple? ».

Sources : Airjournal/BFMTV/Tourhebdo/20 Minutes/Le Figaro/Le Monde

Share

Laisser un commentaire


+ 2 = 10

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter