Touristes, si vous saviez...
JE PARS SÉJOURNER

Hacienda Huyaoccari : fenêtre sur les Andes péruviennes

Un chemin non goudronné m’a conduit à une propriété cossue portant le nom d’Hacienda Huayoccari quelque part entre Calca et Urubamba, à deux kilomètres de la route principale qui longe la légendaire vallée sacrée des Incas, au cœur des Andes péruviennes. Datant du 17ème siècle, elle fut achetée dans les années cinquante, par la famille Lambarri-Orihuela, descendants d’une des familles nobles les plus prestigieuses de Cusco. Il faut avouer que je ne m’attendais pas à trouver un tel établissement dans un endroit aussi isolé, mais dès l’entrée, je me suis senti transporté dans une atmosphère intime et feutrée au son de la musique des grands compositeurs baroques.

Hacienda HuyaoccariLa première attraction de cet endroit est une impressionnante collection d’objets d’art et d’artisanat datant de la période coloniale, exposés dans ses salons. J’ai découvert ce qu’on pourrait qualifier de véritable musée retraçant le passé de la civilisation inca dans chacune des pièces et même dans les jardins avec des poteries, des triptyques, des tableaux, des armes, etc.
Je n’ai malheureusement pas eu le plaisir de loger dans l’une des deux chambres doubles spacieuses qui sont à la disposition des visiteurs. Je m’y prendrai à l’avance une prochaine fois… Par contre, la chose est plus aisée quand on veut réserver une table au restaurant (en salle ou au jardin) pour un repas gastronomique  en milieu de journée, prestation touristique principale de l’hacienda. On pourrait classer l’établissement comme à la fois digne d’un membre des Relais et Châteaux par la classe de sa décoration générale et son souci d’une cuisine faite de produits du terroir bios issus de la ferme et du potager de la propriété. Après l’apéritif traditionnel de pisco sour, le menu était de quatre plats, avec des entrées variées, puis, par exemple, du lomo saltado (bœuf salé), du quinoa, de la salade d’avocats, de la truite sauvage de la vallée sacrée, etc., le tout accompagné d’un cabernet-sauvignon, péruvien bien entendu. Après un tel festin, rien de tel que de prendre le café et les liqueurs dans le jardin au milieu des eucalyptus et des fleurs subtropicales, avec une superbe vue panoramique sur les sommets des Andes et les chants des oiseaux qui se mêlent au bouillonnement de la rivière Urubamba.

Hacienda Huyaoccari
Si j’avais eu un peu plus de temps, l’apothéose aurait été une randonnée équestre à dos d’un Paso Peruano, race noble du Pérou, pour admirer des paysages de la région que je n’oublierai pas de sitôt.

Gérard Blanc

 

Lire aussi :
Les mille splendeurs du Machu Picchu
La vierge d’Almudena, une fête religieuse à Cuzco
La Vallée sacrée des Incas au Pérou, mémoire d’une civilisation prestigieuse

Share

Laisser un commentaire


5 + 5 =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter