Touristes, si vous saviez...
JE PARS EN WEEK-END

Sur les traces de Tintin reporter à Istanbul

La sortie en 2011 du film «Tintin et le secret de la Licorne» de Spielberg avait permis d’évoquer les débuts de Tintin au cinéma avec «Le mystère de la Toison d’Or» tourné en 1961 à Istanbul. Aujourd’hui, nous vous proposons de visiter la plus grande ville de Turquie sur les traces du reporter à la houppe.
Une des images les plus célèbres du «Mystère de la Toison d’Or» est celle où l’on voit Tintin avec la Mosquée neuve d’Istanbul à l’arrière plan. A la 4e page de l’album consacré au fi lm, on peut lire que «c’est à bord d’une des vedettes qui sillonnent nuit et jour la Corne d’Or, que Tintin et le capitaine Haddock découvrent Istanbul».
Cinquante-deux ans plus tard, peu de choses ont changé. La Mosquée neuve, située sur la rive sud de l’estuaire de la Corne d’Or, se trouve toujours à proximité du bazar des épices. Même constat à proximité du bazar avec la maison de torréfaction Efendi où fleure une alléchante odeur de café. Installée à cet endroit depuis 1871, elle propose, aux dires des connaisseurs, le meilleur café d’Istanbul. On ignore si c’est un café turc d’Efendi qui a été servi à Tintin, comme en atteste la page 7 de l’album, mais ce qui est certain, c’est que le capitaine Haddock «s’est initié aux délices du narguilé» avant de partir à la découverte des «charmes cachés d’Istanbul et de la fascinante Mosquée bleue».

Des voitures à la Hergé
On retrouve les voitures américaines de la «Toison d’Or» au Musée Rahmi Koç d’Istanbul. Comparable au musée suisse des transports de Lucerne, il plaira à tous les visiteurs de 7 à 77 ans avec sa collection d’avions, de bateaux et de voitures anciennes. Il y a même un sous-marin, un wagon du Simplon-Orient-Express «Londres-Lausanne-Constantinople» et un ancien camion de la Migros.Magasin Migros en Turquie Il faut savoir que le groupe Koç, l’un des plus grands de Turquie, est actif dans l’automobile et l’industrie alimentaire. Il a été le détenteur de la marque helvétique de 1954 à 1974. Ce label a été revendu il y a 30 ans et, aujourd’hui, la maison-mère suisse n’a plus son mot à dire dans les magasins turcs, mille milliards de mille sabords!

Construite au 17e siècle, la Mosquée bleue doit son nom à ses mosaïques bleues. Non loin de là, la basilique Sainte-Sophie vaut également le détour pour ses mosaïques. Cette ancienne église chrétienne du 6e siècle est devenue une mosquée au 15e siècle. Depuis 1934, elle n’est plus un lieu de culte mais un musée. Sainte-Sophie, qui signifie «sainte sagesse», est un joyau de l’architecture byzantine. Sa décoration intérieure et sa coupole sont d’une grande valeur artistique. Il en va de même pour ses mosaïques. Un grand nombre d’entre elles ont cependant été recouvertes de plâtre lors de sa conversion en mosquée. A la fin du 19e siècle, le bâtiment fut toutefois restauré par deux frères suisses, Gaspare et Giuseppe Fossati, qui obtinrent la permission de réhabiliter les mosaïques.
IstanbulAprès la Mosquée bleue, Tintin et le capitaine Haddock visitent la tour de Galata avec leur guide Malik. Selon ce dernier, elle offre à son sommet le «plus beau spectacle du monde». Au lieu d’y admirer le paysage, nos deux héros se retrouvent enfermés, pris au piège d’un guet-apens. Ils ne s’en sortiront qu’après plusieurs péripéties, notamment dans des voitures américaines qui constituaient, il y a 50 ans, l’essentiel du parc automobile turc.

Texte et photos Laurent Missbauer

 

Agrandir le plan

Share

Laisser un commentaire


+ cinq = onze

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter