Illico
Touristes, si vous saviez...
JE PARS TOUT PRÈS

Berne : Sur la trace des ours

Berne ne figure pas en tête des cités helvétiques les plus convoitées par les visiteurs étrangers, comparativement à Lucerne ou Zermatt, et c’est bien regrettable. C’est pourtant l’une des plus belles villes historiques de la Suisse, comme le prouve son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Bern_© Michael Sidofsky

© Michael Sidofsky

Au contraire de certaines autres villes d’Europe, Berne ne possède pas vraiment de monuments classés au hit-parade des sites touristiques mondiaux, et il faut bien souvent être suisse pour que viennent spontanément à l’esprit le Palais fédéral ou la Fosse aux ours. Pour le cas de Berne, c’est son ensemble qu’il faut considérer avec de multiples arrêts aux tours, aux fontaines et, bien entendu, à l’inévitable Palais fédéral.
A l’instar d’autres villes comme Fribourg (en Suisse), Fribourg en Zähringen, Brisgau (Allemagne), Morat ou Neuchâtel, la vieille ville de Berne a été bâtie sur l’ordre de la dynastie Zähringen et, plus précisément dans son propre cas, sur celui du duc Berchtold V de Zähringen. Ce dernier passa commande à l’urbaniste Cuno de Bubenberg qui décida de bâtir la cité fortifiée dans la boucle de l’Aare en la fermant dans sa partie terrestre par d’imposants remparts. Nous passerons les divers incendies et batailles qui eurent pour conséquences de nombreuses destructions et reconstructions pour ne retenir que les faits les plus marquants de son histoire comme, par exemple, la légende du premier animal tué à la chasse par le duc de Zähringen (un ours bien sûr), lequel aurait donné son nom à la ville (ours=bär=Berne); l’Alliance perpétuelle avec les Etats confédérés (1353) ou encore la consécration de «ville fédérale» par la première Assemblée fédérale suisse en 1848.

Plantigrades vus de haut
En dehors du Palais fédéral, la célèbre Fosse aux ours de Berne demeure un lieu qui marque les mémoires. Outre la légende précitée, un chroniqueur de 1512 raconte qu’au retour triomphal de la bataille de Navarre, un ours aurait été rapporté comme butin de guerre. Un cabanon aurait alors été érigé sur le lieu de l’actuel Bärenplatz, pour y enfermer l’animal et, depuis, la tradition de la Fosse aux ours aurait été perpétuée. L’ancienne Fosse aux ours fut déplacée près du grand pont de Nydegg en 1857. Depuis, tout bon visiteur de Berne ne peut faire autrement que de rendre visite aux plantigrades qui représentent une grande valeur symbolique.© Bern Welcome


Suivez le guide

La plupart des sites d’intérêt se trouvent concentrés sur la colline qui émerge de la boucle de l’Aare, laquelle délimite ainsi le coeur de la ville. Cela permet au visiteur de bénéficier d’une vue panoramique tant vers le nord que vers le sud, avec la rivière en contrebas. Trois principales artères bordées d’anciennes maisons en molasse coiffées de tuiles rouges ont, à leurs bases, des arcades offrant le contraste d’une animation permanente et moderne dans un site médiéval renfermant une grande concentration de monuments d’intérêt historiques.
La gare de chemin de fer se trouvant à l’entrée même de la vieille ville, le visiteur aura tout intérêt à venir à Berne en train ou à laisser son véhicule dans l’un des parkings à grande capacité. Il se trouvera ainsi à l’aise pour entamer la découverte de Berne à pied, voire en trottinette! (Berne Tourisme propose aussi cette alternative).
Parmi les coups de coeur de la cité médiévale, on retiendra d’abord le «Zytglogge» (en patois bernois), dit aussi Tour de l’horloge, qui sert de borne kilométrique pour déterminer le centre de Berne, avec son horloge astronomique et tout un jeu de figurines animées. Le fonctionnement s’apparente à celui de bien d’autres tours d’horloge comme, par exemple, celui de Prague, mais l’intérêt suprême, pour autant qu’on ait pris rendez-vous, est de pouvoir visiter son intérieur et d’observer le déclenchement du mouvement de ses figurines (cortège d’ours armés, coq battant des ailes, Chronos et son sceptre, etc.) et son fascinant système de cloches et de balanciers.  En prime, vous aurez une vue plongeante et panoramique sur l’enfilade des trois principales artères et des toits de tuiles rouges. Moins connue mais tout aussi pittoresque est, à quelques mètres de là, la Tour de la prison sur Marktgasse, laquelle servait effectivement de geôle publique jusqu’en 1897.

© Bern Welcome
La cathédrale de style gothique figure aussi parmi les attraits prioritaires, classée en tête des plus grands édifices sacrés de la Suisse.
Sa particularité est de posséder trois nefs et un portail sur lequel on peut admirer la représentation du Jugement dernier. Si tout est relatif dans la vie, une chose est sûre: Albert Einstein à réellement vécu à Berne, où il arriva en 1902 et y déménagea quatre fois. Un circuit guidé existe d’ailleurs, au cours duquel il est possible de voir ses cinq différents logements jusqu’en 1909 (dont le quatrième, où il publia la célèbre formule E=mc2).
Quant au fameux Palais fédéral, sachez que sa visite qui dure 45 minutes ne peut se faire qu’accompagné d’un guide. On apprend alors son histoire, la construction du bâtiment et son architecture ainsi que la composition et le fonctionnement du gouvernement fédéral et de son parlement.

Texte Erika Bodmer
Photos © Bern Welcome

Ça coule de source
La vieille ville de Berne perdrait de son charme sans ses fontaines médiévales datant des environs de 1509. Les personnages et figurines qui les décorent sont de couleurs bariolées, régulièrement repeintes en raison de la pollution atmosphérique. Au nombre de douze, on y retrouve ici la statue d’un arquebusier, là celle de Berchtold de Zähringen, là encore une allégorie de la justice, etc.

Infos pratiques

Renseignements
Office du tourisme de Berne

+41 31 328 12 12, info@berninfo. com, www.berninfo.com

Palais fédéral

+41 31 322 85 22.

Cathédrale

+41 31 312 04 62.

Bern_BT1180

Share

Laisser un commentaire


4 + 9 =

VT Vacances

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Lyria