L\'Atelier du Voyage
Touristes, si vous saviez...
JE PARS A LA DECOUVERTE

Pays de Galles, celte envers et contre tous

Plus que de simplement maintenir une langue ancienne, le pays de Galles s’applique à se démarquer du pouvoir anglais. L’acquisition d’une «Assemblée parlementaire» lui donne néanmoins le vent en poupe pour cultiver cette mini-indépendance durement gagnée.

La langue galloise est la fierté de ce pays qui a su, contrairement à la Bretagne, l’Ecosse ou même l’Irlande, résister à l’invasion de la langue française ou anglaise au point qu’à ce jour on compte environ 20,8% de la population qui parle couramment le gallois et 8% d’autres qui le comprennent. C’est au nord du pays que l’on trouve la plus grande densité d’adeptes de cet idiome avec un taux de 62,5%. En voie de domination par la langue anglaise, ce revirement linguistique ne s’est pas fait tout seul, la première étape ayant été, en 1967, l’adoption du gallois au tribunal. C’est après une grève de la faim que fut acceptée officiellement l’ouverture de la station de radio gaélique «Welsh four channel» en 1980.
Aujourd’hui, le gallois est enseigné à l’école, y compris aux élèves d’origine anglophones. Et puis, comme partout, ce pays s’enorgueillit de ses personnalités ayant des origines galloises, comme Georges Washington, le hors-la-loi Jessie James, le roi Arthur et ses Chevaliers de la Table ronde, et, plus récentes, l’acteur SirAntony Hopkins, le chanteur Tom Jones et la chanteuse Shirley Bassey. Pour faire un bon Gallois vous devrez aussi aimer le chant (partout mais surtout dans les stades), le rugby et ce pain-perdu appelé welsh rarebit.
Revenons à la langue: elle se manifeste surtout aux yeux du visiteur par son orthographe apparemment imprononçable, avec des mots bizarres, s’écrivant parfois sans voyelles. On les trouve sur tous les panneaux indicateurs routiers et sur les enseignes des échoppes.

Une capitale à portée internationale
Le jumelage de Cardiff avec Xiamen (Chine), Lugansk (Ukraine), Nantes et Stuttgart donne des noms insolites à certaines de ses rues, comme, par exemple, la rue de Nantes (en français dans le texte) ou la Stuttgartstrasse.
L’histoire de Cardiff remonte à 2000 ans, alors qu’elle était dominée par les Romains qui y construisirent une fortification en bois.Demoiselles de Cardiff
Mille ans plus tard, elle fut envahie par les Normands, qui ajoutèrent des murs en pierre. Après maints propriétaires, le marquis de Bute, au 19e siècle, donna la dernière touche à cette bâtisse qui est aujourd’hui le monument le plus visité de la ville. Ce sont les extérieurs qui attirent tout d’abord le regard, avec la tour de l’horloge, le portail d’entrée ou le donjon normand; mais les intérieurs méritent également le coup d’œil et, en particulier, la majestueuse salle de banquet.
Cardiff est traversée de grandes rues commerçantes, comme Queen Street ou St John Street, mais c’est avant tout en visitant le quartier «civique» que l’on mesure l’importance de la politique locale, en passant notamment devant l’hôtel de ville, le palais de justice, le siège du gouvernement gallois, l’université et, bien entendu, le stade de rugby.
Il faut flâner dans le quartier commerçant appelé «quartier des cafés» pour découvrir des maisons victoriennes et des pubs pleins de caractère. La seconde attraction est la baie de Cardiff et le Bute dock, évoquant la période faste du commerce du charbon.
C’est aux alentours de Cardiff que l’on ressent le plus cette fierté bien galloise d’appartenir à une histoire médiévale riche. Le charmant village de Caerleon, ä environ 30 km à l’ouest de Cardiff fut, selon les Gallois, le fief du roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde. Ce serait sur les lieux de l’ancien amphithéâtre romain de Caerleon que les valeureux combattants se seraient réunis.
Au Fwrwm (prononcer forum) de Caerleon se trouve réunie une collection de sculptures insolites, dont la majorité représente les thèmes des légendes galloises et, bien entendu, celle de l’enchanteur Merlin.
Proche du petit village de Penarth, le site de Comeston fait revivre l’époque médiévale grâce à différents types d’habitats ancestraux avec force animations costumées.

A l’irlandaise
A l’ouest du port de Swansea qui, jadis, assurait, lui aussi, le trafic du charbon, on découvre sur le littoral le coquet village côtier de Mumbles, lieu favori des habitants de Cardiff, le temps d’un dimanche de baignade et d’attractions un peu kitchs, il faut le dire.
Avec ses barques de pêcheurs colorées et, surtout, son phare et le ponton du gardien, le site offre, par temps dégagé, une magnifique vue sur l’ensemble de la baie de Swansea et l’embouchure de la rivière Severn. C’est à Oystermouth, le village voisin, que trônent les ruines d’un château, où se jouent aujourd’hui des pièces de Shakespeare.
TenbyMais pour échapper à la concentration urbanisée du sud gallois, il faut pousser plus loin l’incursion dans la péninsule de Gwyr (prononcer Gower) où, comme en Irlande, se donnent rendez-vous les poneys en liberté, les falaises abruptes, les grandes plages de sable fin et les vertes prairies.
C’est un patchwork de petits villages, de pubs typiques au milieu de la campagne et de sites d’une beauté sauvage comme, par exemple, la baie des Trois falaises ou la plage de Rhossili, les sables d’or d’Oxwich, flanqués de dunes et de forêts ou encore les collines de Cefn Bryn et la vue panoramique sur l’estuaire de Loughor.
Le vieux moulin à eau de Gwyr ne fait plus guère fonctionner ses machines datant du siècle dernier que pour les touristes. Ce site transformé en musée est une fidèle reconstitutionde l’artisanat paysan faisant revivre l’ambiance campagnarde du siècle dernier.

Le fief des Tudors
Le comté de Pembroke est plein de contrastes. Bordé de trois côtés par l’Atlantique, il offre à la fois les criques tranquilles de l’estuaire du Cleddau, les côtes rocailleuses battues par les déferlantes océaniques et les collines paisibles et verdoyantes de Presli.
Chef-lieu du comté, la vieille ville de Pembroke avait une certaine importance économique au 16e siècle, laquelle lui a été ravie par sa voisine Haverfordwest et, sur le plan touristique, par la ville intra-muros de Tenby. Pembroke est aujourd’hui un bourg tranquille, dont l’activité économique se concentre sur ses docks, à quelques kilomètres du centre. Par contre, elle possède une attraction de taille: le superbe château fort construit par le belliqueux William Marshall au 13e siècle. A elle seule, la salle des gardes donne une passionnante leçon d’histoire grâce aux différents personnages qui y séjournèrent et, en particulier, la lignée des Tudor, dont Henry VII d’Angleterre. Les autres sites dignes d’intérêt sont quelques maisons médiévales et la tour de l’horloge.

La capitale du livre
Le plus insolite est sans conteste le du village de Hay-on-Wye à la frontière sud-est avec l’Angleterre, qui pourrait bien servir d’apothéose à une visite du sud du pays de Galles. Imaginez un village dont 38 boutiques seraient uniquement des librairies d’occasion.
Tout dans ce village respire le livre. On y trouve, par exemple, la librairie du crime (avec, bien entendu, les romans de Conan Doyle, d’Agtha Christie, etc.), celle des livres étrangers, celle des livres pour enfants, celle des œuvres classiques (dont, bien entendu, Sheakespeare ou Dickens), sans compter les boutiques sans thème particulier. Certaines d’entre elles disposent de plusieurs étages et les amoureux de vieux livres ou de posters anciens seront comblés.
Le plus cocasse est la cour du château ou celle de l’église où les livres sont disposés à l’erxtérieur dans des vitrines et où l’acheteur peut se servir en mettant de l’argent dans une urne en fer.
Comme vous voyez, la confiance règne. Le village compterait plus d’un million d’ouvrages à vendre!

Pembroke

Saint-David
A une trentaine de kilomètres de Pembroke, Saint-David serait le plus paisible des bourgs gallois s’il ne possédait pas la cathédrale la plus visitée de la région, voire de Grande-Bretagne, non seulement par les nombreux visiteurs britanniques qui en font le principal but de leur promenade dominicale, mais aussi par les pèlerins venant y vénérer Saint David, patron du pays de Galles.

Ferries et histoire
Fishguard est une gare maritime connue pour ses liaisons avec le port irlandais de Dun Laoghaire, mais elle mérite aussi qu’on jette un coup d’oeil à sa partie supérieure, un charmant bourg, avec ses pubs traditionnels et ses maisons bourgeoises.
C’est à Fishguard qu’eut lieu l’invasion des troupes napoléoniennes en 1797. Le musée de la ville expose  notamment de fabuleuses tapisseries brodées par 70 citadines, lesquelles racontent cet exploit. Mais la meilleure surprise panoramique est la vue depuis les hauts de Fishguard sur le Lower Town, à l’embouchure de la rivière Gwaun, un ravissant petit port aux maisons de pêcheurs très colorées. Une autre visite intéressante est celle du Gun Tower (la canonnière), cette tour fortifiée au milieu de l’eau, destinée à défendre l’entrée du port.


Texte Erika Bodmer,
photos Gérard Blanc


Infos pratiques

Renseignements

www.french.visitwales.com.

 

Loger

Un bon feu de bois dans la cheminée, un manoir au milieu d’un parc arborisé, une athmosphère «cosy»: voilà un art de vivre à déguster sans modération.
C’est cette atmosphère que vous trouverez avec, en prime, le sourire du ou de la propriétaire, dans la chaîne Rarebits, un label de qualité d’hôtels de charme typiquement gallois. www.rarebits.co.uk.

Vous voulez en apprendre davantage sur le pays de Galles? Un article sera consacré à la partie nord dans le numéro 26 de Je pars… Ne le manquez pas!

Agrandir le plan

Share

Laisser un commentaire


+ 8 = 10

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter