Ad Gentes - Thailande des grands sites et terres meconnues
Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Pays-Bas: l’Aéroport de Schiphol met une limite, l’IATA contre-attaque

De plus en plus d’aéroports doivent faire face à une saturation de trafic entraînant des problèmes de nuisance et de pollution. Le constater est une chose, mais prendre des mesures en est une autre. C’est donc une décision courageuse qu’a prise le gouvernement néerlandais à propos de l’aéroport néerlandais de Schiphol (le troisième aéroport le plus fréquenté d’Europe) en réduisant le plafond du nombre de vols annuel, qui était de 500’000 avant la pandémie de Covid, à 440’000 en 2022. Les restrictions de trafic ont été reconduites pour 2023.

Les autres aéroports européens ressentent un peu partout ce problème de saturation. Des engorgements analogues alertent les pouvoirs publics de nombreux pays, les Européens en premier lieu. Au hub français de Roissy-CDG, par exemple, de nombreux vols doivent être régulièrement annulés. Les associations de riverains ont  réclamé un plafonnement du nombre de vols annuel après l’annonce du gouvernement néerlandais.

L’IATA (Association internationale du transport aérien) ne l’entend pas de cette oreille en informant les gouvernements qu’ils portaient le cas devant la justice. A Schiphol, les compagnies Corendon, Delta Air Lines, Easyjet, le groupe KLM et TUI ont décidées d’unir leurs forces  engager une procédure en référé contre le gouvernement néerlandais. Si elles affirment pouvoir réduire les nuisances et les émissions de CO2 part des moyens techniques, elles sont, par contre farouchement opposées à l’idée de diminuer le moindre nombre de vols en déclarant incompréhensible cette seule idée. L’action en justice a été lancée par le groupe KLM, qui représente environ 60% du trafic à Schiphol,

Gérard Blanc

Sources : Air Journal/Usine Nouvelles/20 minutes

Share

Laisser un commentaire


+ trois = quatre

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter