Illico
Touristes, si vous saviez...
JE PARS TRÈS LOIN

Chine : des mégapoles aux gorges du Yang Tsé

C’est au centre de la Chine que s’affrontèrent les tribus qui allaient par la suite être réunies sous une même bannière trois siècles avant Jésus-Christ avec, pour témoins, les soldats de terre cuite des environs de Xi’an, contrastant avec les tours modernes de Chongqing, reflet d’un pays plongé brusquement dans la globalisation.

Rares sont aujourd’hui les évocations du pouvoir de Mao Zedong. La Chine vit de plein fouet l’ère de la consommation avec les grandes marques de vêtements et de cosmétique internationales et les voitures de luxe pour les plus fortunés. Ce qui saute aux yeux dans la Chine centrale est la densité de la population urbaine qui donne le vertige. Jugez plutôt: L’agglomération de Chongqing, 3ème du pays, compte 34 millions d’habitants; celle de Xi’An, «petite ville» de province, en compte plus de 8 millions, etc. Huit cent mille habitants serait un village de campagne! Cette explosion urbaine a, entre autres, été due à une délocalisation de villageois estimée à 1,5 millions d’âmes, lors de la construction du grand barrage des Trois Gorges sur le Yangzi, entraînant l’inondation de la vallée.

Chongqing

Les fantômes de Fengdu
Dans la gorge de Qutang, la ville-fantôme de Fengdu plonge le visiteur dans une atmosphère volontairement inquiétante du passage à l’au-delà. Il s’agit de tout un complexe de temples taôistes et bouddhistes évoquant ce thème sous l’œil critique de Yama, le monarque du Royaume des morts traitant tous les êtres humains à égalité. Il est personnifié par une grande statue de couleur jaune représentant sa tête. Sur le site, des temples sont occupés de statues représentant – entre autres – des fantômes parfois bienveillants, parfois malveillants, selon les représentations religieuses de la vie après la mort et le passage d’un test qui, soit vous sanctifiera, soit vous punira selon votre vie antérieure.

FengduEn apothéose, votre couple devra franchir le «pont de l’amour», qui déterminera si vous allez ou non continuer votre vie ensemble dans le monde des morts: un moment de réflexion intense pour les couples qui remettent leur relation en question! Les représentations de l’Etre suprême taôiste par des fresques ou des bas-reliefs font parfois penser à la vie du Christ, avec une nuance: il possède une épouse qui fait, elle aussi, partie de la vénération. Le summum reste la statue géante du Bouddha heureux.

Xi’an
A l’extrémité de la route de la soie, Xi’an est considérée comme le berceau de l’Histoire chinoise, centre même des empires Qin, Han et Tang qui furent les artisans de la réunification du pays. Le mausolée de l’empereur Qin, à environ une heure de voiture en est un témoignage, certes, mais le centre-ville de Xi’an possède aussi sa propre histoire avec ses remparts, ses tours et ses portes datant de l’époque Ming.

Mosquée Xi'anXi’an compte une communauté de quelque 130’000 musulmans (anciens descendants de Tang), majoritairement concentrée dans le quartier Hui, pôle d’attraction par son animation incessante. En son cœur trône la grande mosquée, mais elle n’est en rien comparable au modèle arabe, ses bâtiments (salle de prière, école coranique, minarets, etc.) ressemblant davantage à des pagodes. L’islam, jugé minoritaire, n’a jamais été l’objet d’interdiction de culte lors de la Révolution culturelle, pour autant que seuls les musulmans résident dans cette enceinte qui leur est réservée. Tout autour de la mosquée palpite une animation haute en couleurs dans les rues piétonnières jalonnées d’étals de toutes sortes, majoritairement axés sur la nourriture, avec des marchands de brochettes, de nougats, de soupes et autres délicatesses.

Cuisinier à Xi'anAilleurs dans la ville, deux grandes tours imposantes, celle des Tambours et celle de la Cloche, se dressent au centre de places où la circulation automobile est incessante. Proche de la tour des Tambours, un parc aux plates-bandes abondamment fleuries est le loisir favori des familles, pour lesquelles un enfant (deux plus rarement) est un petit roi.
Une attraction à ne pas manquer à Xi’an est celle de l’opéra, où se donnent des spectacles chorégraphiques de grande envergure, sorte de ballets et tableaux, dont les thèmes sont empruntés à l’histoire et aux légendes du pays.

Au fil du Yangzi (ou Yang-Tsé)
Le Yangzi, troisième fleuve le plus long au monde après le Nil et l’Amazone, est un peu comme la colonne vertébrale de la Chine s’étirant sur 6380 km d’ouest en est, alimenté par des cours d’eau du Tibet, pour se jeter dans un delta proche de Shanghai. La remontée du fleuve entre la trouée de Nanjin, près de Yichang, jusqu’à la grande ville de Chongqing, offre une grande varié té de paysages pittoresques dans ce passage forcé du cours d’eau à travers les monts du Wushan sur 193 kilomètres. YangziTrois Gorges est son nom en raison des trois cañons qui, du sud-est au nord-ouest portent les noms de Xiling, de Wu et de Qutang. Cette partie du fleuve a été longuement évoquée par les poètes de cour Li Bai et Qu Yuan, dont les œuvres s’apprennent toujours dans les écoles chinoises. La masse d’eau se faufile entre des sommets pointus, tels les douze pics de la gorge Wu et des falaises abruptes, plongeant verticalement dans le fleuve tantôt bouillonnant tantôt paisible. Sur le rivage, ce sont des agglomérations aux gratte-ciel, mais aussi des villages ayant su garder leur authenticité. L’une des découvertes les plus spectaculaires est celle de l’impressionnant barrage que l’on franchit par une suite de six écluses géantes débouchant sur un réservoir d’eau artificiel qui s’étend jusqu’à la ville de Chongqing. Il s’agit du plus grand barrage hydraulique et la plus grande centrale hydroélectrique au monde.
YangziC’est en croisière que l’on prend le mieux conscience de ce parcours jalonné de sujets attractifs que proposent diverses escales et excursions aux aspects tant culturels qu’insolites. Pour exemple, il y a celle à bord d’un sampan (barque traditionnelle) qui s’effectue sur le Shennong (affluent du Yangzi) dans la gorge du Bambou. Elle offre un paysage différent de ceux offerts lors de la remontée classique du Yangzi, car elle met en scène les bateliers aux sandales de corde de la tribu des Tujia, qui perpétuent la tradition de haler les sampans chargés de passagers avec des cordes accrochées à leurs bustes lorsque le niveau de la rivière le nécessite. Cette escapade permet aussi d’admirer des ponts suspendus géants (anciens et nouveaux) à environ trente mètres de hauteur et des grottes, comme celle de Tiansheng dòng. Plus insolite encore est la découverte de cercueils suspendus datant de plusieurs siècles et ayant appartenu à des notables. Ils pointent de la falaise, placés dans des lieux inaccessibles aux éventuels pilleurs de tombes.

La troisième mégapole
L’arrivée au soir à bord d’un bateau de croisière à Chongqing est tout simplement féerique. La nuit, les ponts et les édifices accueillent les navires de croisière de mille illuminations. Située au confluent du Yangzi et de la rivière Jialing, elle est entourée de collines et souvent comparée à San Francisco pour son climat avec 68.3 jours de brouillard par an et, en plein été, une température pouvant grimper jusqu’à 43°C. Si sa création date de 3000 ans, c’est davantage à la Seconde Guerre mondiale qu’elle doit son passé historique, ayant été déclarée capitale de la Chine lors de l’invasion japonaise, puis elle a servi de siège aux Accords de Chongqing signés par Chiang Kai–shek et Mao Zedong le 28 février 1946 dans le but d’une réconciliation entre les nationalistes et les communistes chinois.

Chongqin

Le hot-pot
Vous croyez connaître la fondue chinoise? Détrompez-vous. Ce qu’on vous sert dans les restaurants européens n’a rien de comparable à ce qu’on trouve en Chine. A Chongqing, par exemple, l’expérience du restaurant Hot-Pot vaut le déplacement. On y découvre un alignement de tables, chacune disposant d’un trou en son milieu au fond duquel sont placé deux réchauds. Le personnel apporte alors un grand plat creux rectangulaire contenant un bouillon de légumes aromatisé de plusieurs herbes et épices. La commande des ingrédients à tremper est un exercice possible, mais hasardeux quand on ne parle pas le chinois. On vous présente une carte avec différents mets à bouillir. Après quelques explications, on prend votre commande, mais attention, les plats de viande, de légumes ou de ravioles en tous genres qui devront être trempés dans le bouillon sont copieux. Ne surestimez pas votre appétit et sachez passer maître dans le maniement des baguettes!

Chongqing est le principal carrefour de communications du sud-ouest chinois et l’un des plus importants centres économiques et industriel du pays. Pour prendre conscience de l’ampleur de cette mégapole, rien de tel que de se rendre sur les hauts du district de Yuzhong où, par la même occasion, il est recommandé de visiter le musée du général Stiwell et ses évocations de la Deuxième Guerre mondiale, et de là, prendre le téléphérique traversant le Yangzi pour aboutir au quartier de Nan’an. On se trouve alors dans un centre d’affaires trépidant avec des voitures de luxe en majorité de couleur noire roulant au pas et des employés qui, à la pause de midi, avalent rapidement leur bol de riz debout sur la rue avant de reprendre le travail.

Il faut ensuite se rendre au bord de la rivière Jailing pour visiter l’un des anciens quartiers ayant encore résisté au modernisme forcené qu’est celui de Hua Dong, dans l’ancienne cité de Ciqikou, avec ses maisons traditionnelles et ses petits potagers au bord du fleuve.

Chongqin
Le contraste est saisissant dans le quartier de Jiefang Bei. On se trouve alors dans de vastes allées piétonnières jalonnées de grands buildings luxueux aux pieds desquels brillent des vitrines de magasins de grandes marques avec des publicités au néon géantes et, en son centre, une place rappelant Times Square de New York.
Si vous êtes en quête de sérénité en fin de journée, un bon plan est de vous rendre au jardin botanique au sud de la ville d’où, par temps clair, vous bénéficierez du coucher de soleil et d’une vue panoramique sur la ville, mais aussi d’une ambiance familiale chaleureuse avec des chanteuses ou chanteurs vocalisant pour le simple plaisir, et des adeptes de la gracieuse gymnastique tai chi.

Texte Erika Bodmer
Photos Gérard Blanc

 

Informations pratiques

Vols

Genève-Beijing-Xi’ an // Chengdu-Beijing-Genève avec Air China

Agence spécialisée

ad gentes www.ad-gentes.ch à Genève, 022 344 57 80; à Meyrin, 022 782 20 83; à Montreux 021 963 44 14;

Voyageurs du Monde, rue de la Rôtisserie 19, 1204 Genève – Tél. 022 518 04 94,  www.voyageursdumonde.ch

Hôtels

Le Grand Park Hotel à Xi’an; le Kempinski à Chongqing.

A voir encore

A Xi’an: Le musée de l’histoire du Shaanxi et la pagode de l’Oie sauvage (calligraphie chinoise).

Les moussons du Yangzi

Elles ont lieu d’avril à octobre, mais c’est en période de pleine été qu’elles sont à leur maximum, donc éviter les mois de juillet et d’août.

Share

Laisser un commentaire


5 + = 7

VT Vacances

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Lyria