Festval Ambronay
Touristes, si vous saviez...
JE PARS EN WEEK-END

Luxembourg de bas en haut

La ville qui porte le même nom que son charmant pays est creusée de profonds ravins, on s’y installe en haut, ou…en bas! Ces fonds ressemblent à des précipices habités, contemplés par des voisins d’altitude.

Il y a d’une part la vieille ville fidèle aux traditions du Grand-Duché avec son côté médiéval et ses rues pavées, mais aussi cette ville nouvelle, ultramoderne, qui s’étale sur le haut des terres, là où les instances de l’Europe ont placé certaines de leurs administrations. Cette ville est bien étrange, surtout par ses casemates, mystérieuses, aux galeries sombres creusées à flanc de roche et dans lesquelles il ne ferait pas bon se perdre (23 km).

La ville historique
La gare centrale de Luxembourg-City mérite déjà le coup d’œil pour les fresques de la voûte et les inscriptions murales, mais surtout pour la mosaïque vitrée dans le hall, représentant la silhouette de la ville de Luxembourg.

PALAIS GRAND DUCAL
Depuis le chemin qui surplombe la vallée de la Pétrusse, on pénètre les quartiers très romantiques du cœur de Luxembourg, avec leurs rues pavées, leurs porches en pierres de taille et leurs places, dont la place d’Armes créée sous l’occupation espagnole (1506-1684); la place Guillaume II («Knuedler»), avec, au centre, la statue du grand-duc (1840-1849), le montrant en train de chevaucher son destrier; au centre même de la vieille ville, le «Fëschmaart» (place du marché aux poissons). Enfin, la petite place de la Halle aux Herbes est une merveille. C’est sur celle-ci que donne le Grand Palais Ducal de style Renaissance qui fut, par exemple, la résidence du grand-duc ou encore l’hôtel de ville que l’on visite de juillet à septembre. Non loin de là, sur la place Clairefontaine, la statue émouvante de la grande-duchesse Charlotte salue la foule selon sa réputation de convivialité avec le peuple luxembourgeois.

Gde DUCHESSE charlotte place CLAIREFONTAINE
Il faut ensuite descendre dans la vallée où confluent les rivières Pétrusse et Alzette pour déambuler dans le vieux quartier du Grund avec, en son centre, l’abbaye de Neumünster hébergeant aujourd’hui l’Institut européen des itinéraires culturels. Dans ce quartier foisonnent les pubs, clubs de jazz et autres petits restaurants sympas fréquentés par une clientèle à majorité jeune.
En remontant au niveau supérieur par des escaliers, il ne faudra pas manquer de rendre visite à la «Gëlle Fra», dame en or dressée au sommet de sa haute perche, en honneur aux morts des guerres.
Des trous à canons: Haut lieu touristique depuis 1933, les «Casemates-batteries de la Pétrusse» (1644) creusent leurs multiples tunnels aux flancs du rocher. On y pénètre dans la pénombre, puis dans l’obscurité du passé. Quelques ouvertures çà et là permettaient aux militaires d’observer la cité. La construction de ce site longtemps militaire (bastion Beck) revient aux Espagnols, puis aux aménagements de Vauban suivis de ceux des Autrichiens en 1728. De là, la vue sur le fond de la vallée donne l’impression de contempler des maisons miniatures.

MUDAM

Modernité
Un quartier complètement différent a poussé, ces derniers temps, au bout du pont rouge de la grande-duchesse Charlotte, à distance du centre historique, perché sur le Kirchberg. Ici règne une ambiance radicalement moderne, parfois d’avant-garde, qui ravit les amateurs de belles architectures contemporaines.
L’ensemble est cohérent, il donne l’impression d’une collection d’immeubles de bureaux, de musées dans la verdure bien contrôlée, de longues artères pour voitures pressées; et puis, il y a la Philharmonie, ce superbe bâtiment tout de blanc vêtu, sorti de l’imagination de l’architecte Christian de Portzamparc. Avec le Musée d’Art Moderne voisin, le Mudam, que l’on doit à Ieo Ming Pei, il existe ici un pôle de perfection pour ceux qui apprécient les conceptions actuelles de l’art de vivre. Les plus grands architectes de notre temps ont été sollicités, dont Oscar Niemeyer.
Le plateau du Kirchberg possède aussi de nombreuses autres constructions modernes ce qui lui confère une certaine unité de style, même si l’ensemble semble un peu austère, voire un peu triste parfois. Beaucoup d’immeubles sont liés aux administrations européennes: la Cour Européenne de Justice, le Centre Européen de Conférences, le Conseil de l’Union Européenne, le Conseil des Ministres, le Centre Robert Schuman, sans oublier la place de l’Europe imaginée par Ricardo Bofill. Les grandes banques n’étant jamais loin du Pouvoir, le siège de la Banque Européenne d’Investissements (architecte anglais Denis Lasdun) se dresse sur le rocher. Si on ajoute une université et des résidences plutôt huppées, le Centre national sportif, beaucoup d’espaces verts et une chaise géante, œuvre de Magdalena Jetelova, nous avons fait le tour de ce qu’il faut découvrir de la ville moderne.
Puisqu’on évoque ce quartier politiquement très européen, on ne peut faire l’im-passe sur le village de Schengen, situé à 36 km de la capitale, au bord de la Moselle, où l’on peut traverser désormais librement le pont frontière avec l’Allemagne, sans douane. Ici, dans cette bourgade vigneronne, celui qui avait pressenti le premier l’Union des Européens, Victor Hugo, habita dans le château proche de la rivière d’où il trouvait ses inspirations.

Texte & photos Felicio Rodriguez

 

VILLA VAUBAN

Informations pratiques

Y aller

Genève-Luxembourg avec Luxair

Gastronomie

Crémant et vin de Moselle, jambon des Ardennes, fritures de poissons de la Moselle, pommes de terre sautées au lard fumé et sauce à la crème, Kuddelfleck ( plat à base de tripes ou d’estomac de bœuf cuits, collet de porc fumé aux fèves, soupe aux haricots verts (Bouneschlupp) avec carottes, oignons, poireaux, céleri, lard fumé et parfois des pommes de terre, du lait ou de la crème.

Où sortir

L’Epic lounge, la discothèque-restaurant Melusina, le Bikini bar.

Share

Laisser un commentaire


1 + 8 =

Costa Brava

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter