Touristes, si vous saviez...
PATRIMOINE MONDIAL UNESCO

Agra, perle de l’Inde

Le Taj Mahal, bien sûr, mais aussi le Fort Rouge et Fatehpur Sikri font d’Agra le site asiatique le plus visité du monde.

Agra vient du mot «agrabana» qui signifie «paradis». C’est à la vue de la splendeur du mausolée Taj Mahal que Sikandar, alors sultan de Delhi (de 1489 à 1517), décida de bâtir la ville d’Agra et d’en faire la capitale de l’Inde. Celles et ceux qui ont visité le Taj Mahal sont unanimes pour approuver cette appellation de «merveille du monde». On la doit à l’empereur moghol Shâh Jahân qui la fit construire en mémoire de sa défunte épouse bien aimée Arjumand Bânu Begam, aussi appelée Mumtaz Mahal, qui signifie «la lumière du palais» et dont la beauté était immense. La construction prit 17 ans d’un travail acharné, de 1631 à 1648. 20’000 ouvriers furent engagés pour sa construction et sa décoration. Quel résultat! Quelle merveille! Rien ne fut épargné pour la perfection de l’édifice. Ni la profusion de marbre blanc finement ciselé, ni celle des pierres précieuses qui furent minutieusement serties dans la pierre blanche. Cette richesse justifie bien les précautions qui sont prises à l’entrée du site pour que tout risque de pollution soit écarté. La légende dit que son architecte Usta Ahamad Lahori eut les mains coupées et les yeux crevés pour qu’il lui soit impossible d’en faire une copie ailleurs.

Taj Mahal

A quelques kilomètres de là, sur les bords de la rivière Yamuna, se dresse le fort de grès rouge d’Agra, un monument dont la majesté, ajoutée à celle du Taj Mahal, donne tout son éclat à celle qui fut en son temps la capitale de l’Inde. Ville dans la ville, ce fort fut le domicile des empereurs qui s’y succédèrent, tels Akbar le Grand, Jehangir et Shâh Jahân. Fort d'AgraC’est à Akbar le Grand qu’on doit les puissantes doubles murailles qui l’entourent.

Dans les environs immédiats du fort, dans des ruelles tortueuses, les descendants des artisans de l’époque moghole continuent à sertir des pierres précieuses dans du marbre blanc, à tisser des tapis avec des fils d’or ou d’argent et à broder des habits de velours.

Agra

Plus loin, la «cité de la victoire» trône sur le site de Fatehpur Sikri, là où Akbar le Grand décida au XVIe siècle d’installer son administration. Cette ville-fantôme de grès rose a conservé ses portes massives et ses fortifications authentiques. Les palais qui ont été construits dans cet enclos sont remarquables pour leur richesse architecturale. On y mesure l’amour et la tolérance religieuse qu’Akbar le Grand témoignait à ses quatre épouses en leur bâtissant à chacune un palais selon leurs croyances respectives (christianisme, islam, judaïsme et hindouisme).Agra

Parmi les clous de la visite figurent le tombeau du vénéré Salim Chishti fait de marbre blanc finement sculpté et celui d’Itmad-ud-Daula élevé en l’hommage à l’impératrice Nur Jahan.

Texte et photos Gérard Blanc

 

 

Visiteuses à Agra

Share

Laisser un commentaire


+ 7 = 15

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter