Touristes, si vous saviez...
CONSEILS AUX VOYAGEURS

L’argent en voyage

Même si un voyage a fait l’objet d’un forfait incluant la plupart des prestations, et même avec une carte de crédit ou twint, il faut  toujours avoir un peu d’argent en poche, non seulement pour les souvenirs, les cartes postales et les pourboires, mais aussi pour pallier à un quelconque ennui (taxi, frais de téléphone, de timbres, etc.).

Dans la plupart des pays, l’équivalent d’une centaine de francs suisses en liquide est suffisant pour pallier aux premières dépenses. Cet argent peut être changé dès l’arrivée dans un bureau de change d’aéroport ou de gare ou encore à des bancomats qui vous délivrent immédiatement de la monnaie locale. Dans ce dernier cas, le taux de change est souvent plus avantageux que dans un bureau de change à quelques exceptions prêtes comme, par exemple, à l’aéroport d’Istanbul. Les autres dépenses se feront de préférence par chèque de voyage ou carte de crédit, ou après avoir changé des devises dans un bureau de change que vous aurez pris le temps de choisir selon son cours le plus avantageux. Tous les pays ne mettent pas leur monnaie sur le marché du change international. Un certain nombre de pays interdisent l’exportation de leurs devises. Dans un tel cas, il est préférable de dépenser cet argent sur place avant le retour, que ce soit dans un quelconque commerce ou dans une boutique hors taxe d’aéroport. A défaut, cet argent deviendra inutile dès votre retour en Suisse. Si vous rapportez chez vous quelques billets ou pièces de monnaie oubliés dans une poche, vous pourrez les stocker jusqu’à votre prochain voyage dans le même pays tout en prenant le risque que cet argent soit devenu obsolète. Ou encore, vous pourrez les déposer dans un récipient prévu à cet effet dans la plupart des aéroports et destinés à des œuvres de charité.

La marché noir
Certains pays à faible économie peuvent avoir une monnaie en continuelle dévaluation et peuvent alors être la proie du marché noir. Avant de vous lancer dans cette aventure, mesurez bien le risque que cela encourt. L’acheteur peut, au même titre que le vendeur, finir en prison. Il arrive souvent que les cours utilisés soient supérieurs de 10 à 20% aux cours légaux. Le marché noir dans la rue est le plus dangereux, parce que c’est le plus sujet à toutes sortes de manipulations habiles, comme, par exemple, l’argent qu’on vous prend des mains sans que vous ayez eu le temps de réagir, sous prétexte d’une descente de police. Bien souvent les dealers des rues ne vous rendent pas le nombre réel de billets prévus en effectuant une ingénieuse prestidigitation dans le compte des billets, ou encore ils vous refilent des billets périmés. Refusez toute approche d’achat sauvage de passeport ou de travellers cheques.

Monnaie de plastique et de papier
En voyage, la carte de crédit reste encore le moyen le plus pratique, pour autant, bien sûr, qu’elle ne vous soit pas volée. S’il n’y a plus moyen de récupérer l’argent liquide lorsqu’il a été dérobé, par contre le chèque de voyage, ou traveller cheque, peut être remboursé dans les 24 heures suivant la déclaration du vol. Mais depuis l’avènement de la carte de crédit, le traveller cheque a pratiquement disparu.

En voyage, certaines précautions sont à observer pour éviter le vol:
• ne pas vous promener avec votre fortune sur vous;
• laisser le stock de vos chèques de voyage ou de votre argent liquide dans le coffre de l’hôtel et non dans la chambre;
• en déplacement, ne mettez pas la totalité de votre argent ou de vos modes de paiement dans les mêmes bagages ou dans les mêmes poches ;
• éviter de compter son argent aux vues de tout le monde en sortant d’une banque ou d’un bureau de change.

Bien souvent, les distributeurs de billets des banques locales (il y en a dans presque tous les pays) pratiquent les meilleurs changes. Se fournir en argent selon les besoins du déroulement des vacances est aussi la meilleure manière de ne pas se faire voler des sommes importantes.

Protections: Qu’il s’agisse des services étendus du livret ETI du TCS ou de Securicard, il est possible, moyennant finance, de faire bloquer instantanément toutes ses cartes de crédit en cas de vol, y compris les cartes de commerce, d’essence, etc. Lors d’un vol, il est souvent difficile de se souvenir de tous ses numéros de cartes de crédit. Ces entreprises protègent aussi contre l’emploi abusif de vos cartes et le vol de vos trousseaux de clés.

Information: En consultant le site Internet www.swissbankers.ch, on peut obtenir des informations sur l’argent en voyage pour 160 destinations dans le monde.

Recommandations: Une chambre d’hôtel ou une voiture ne sont pas des coffres forts. Les valises avec fermeture à numéros peuvent être facilement ouvertes par des experts du cambriolage.

Extrait du livre «Savoir partir, tome II»

Share

Laisser un commentaire


6 + = 11

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter