Touristes, si vous saviez...
JE PARS SÉJOURNER

La Gare des Années Folles ou l’insolite du Nord-Express

Sailly-sur-la-Lys est un village qui s’étire le long d’une route départementale du Nord-Pas-de-Calais à environ 20 minutes en voiture du centre de Lille.

Cette localité qui, de toute apparence, n’aurait rien de plus que tous les villages alentours si elle n’était située au bord d’une voie de chemin de fer. Heureusement pour les uns, malheureusement pour les autres, celle-ci n’est plus guère fréquentée que par quelques sporadiques trains de marchandises. La gare des voyageurs de Bac Saint-Maur n’existerait probablement plus si Eric Coquart n’avait eu l’idée de la transformer en restaurant de style «Belle Epoque», baptisée «La Gare des Années Folles».

La décoration extérieure comme intérieure est entièrement inspirée des années au cours desquelles circulaient en permanence des trains tels que le PLM, le Train bleu ou le Venise-Simplon-Orient-Express. Eric Coquart a accumulé toute une collection de pancartes telles «Un train peut en cacher un autre», «Il est interdit de se pencher à la fenêtre», etc. Une autre collection, d’affiches publicitaires cette fois-ci, date des années trente et vante les sites touristiques de la Côte d’Azur ou de Marseille ainsi que de la qualité du service à bord des trains de luxe de cette même époque. Pour couronner le tout, un gramophone trône dans un coin à côté d’une pile de 33 tours. Il est juste là pour la décoration, mais l’atmosphère est heureusement complétée par la diffusion dans les haut-parleurs de chansons d’Edith Piaf, de Charles Trenet, de Fréhel, de Jean Sablon ou de Maurice Chevalier.

Pour que l’ambiance soit totale, Eric Coquart et sa collègue, Anne Leclerc, coiffent volontiers  leurs casquettes de chef de gare pour renforcer l’ambiance.

Au menu? Du classique et du terroir. Pour des prix plutôt raisonnables oscillant entre 13 et 25 euros, on trouve des briochets au maroilles, une salade de Saint-Jacques, une cassolette de fruits de mer au «vieux Lille», une carbonade flamande ou un «welsh à la Chimay». Mais comme apéritif, Eric vous fera découvrir le kir flamand (allez-y, il vous donnera confidentiellement le secret de sa composition). L’autre idée de génie fut d’acheter un wagon de l’ancienne ligne PLM (Paris-Lyon-Méditerranée). Sur une voie de garage, cette voiture a été transformée en hôtel, lequel peut loger environ 20 personnes.

Ce sont des cabines de type wagons-lits de jadis, avec tout le confort, disposant même d’un lavabo privé en faïence. En outre, le wagon dispose de deux cabines de douches et de deux toilettes, et la voiture entière est chauffée. On est alors prêt pour un sommeil douillet avec, toutefois, le sentiment qu’un contrôleur frappera à votre porte en déclarant: «contrôle des billets!»

Les nostalgiques de cet établissement sont le plus souvent des familles qui viennent célébrer un anniversaire ou un mariage (surtout pour le train, l’idéal étant de réserver l’intégralité du wagon). Au restaurant, il n’est pas rare d’y croiser d’anciens cheminots, ou encore des retraités qui furent jadis les usagers de la gare de Bac Saint-Maur.

 

Texte et photos Gérard Blanc

Share

Laisser un commentaire


9 + = 18

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter