Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Grounding de Flybe : toujours pas de fonds de garantie pour les compagnies aériennes

Le samedi 28 janvier 2023, la compagnie aérienne britannique Flybe a annoncé mettre fin à ses activités et a annulé tous ses vols, laissant plusieurs centaines de passagers en rade. Aucun espoir de recevoir un remboursement ou un dédommagement: plus que les yeux pour pleurer.

Ce prélude à la faillite a été brutal à la fois pour les passagers de cette compagnie classée au hit-parade des compagnies régionales européennes, tant par ses vols internes au Royaume-Uni que vers d’autres destinations sur le continent européen (même un temps à Genève). La nouvelle a été davantage encore un choc pour les employés qui l’ont apprise par Tweeter.

Ces dernières années, nombreuses ont été les compagnies aériennes qui ont fait faillite. La faillite n’a pas épargné la Suisse. On se souviendra de celles de Swissair, SATA, Balair et Darwin Airlines, sans oublier la vaste escroqueries de Swiss World Airlines qui n’a pas vécu plus qu’un mois. Force est de constater que, malgré les requêtes aux divers gouvernements, notamment par les associations professionnelles des agences de voyages, une loi internationale n’est toujours pas mise en place pour obliger les transporteurs aériens à souscrire, qu’ils le veuillent ou non, à un fonds de garantie couvrant les passagers en cas de faillite. Une grande responsabilité en incombe à l’IATA (Association internationale du transport aérien) qui refuse toujours d’entrer en matière dans le but, j’imagine, d’éviter cette forme de couverture pour limiter les dépenses de ses membres.  Par contre, les agents de voyages, eux, y sont astreints. Cherchez l’erreur…

Gérard Blanc

Share

Laisser un commentaire


huit + sept =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter