Touristes, si vous saviez...

Détournement biélorusse du vol de Ryanair

Détournement biélorusse d’un vol de Ryanair : Indignation internationale et sanctions.

Sans aucun doute possible, le détournement d’un avion de Ryanair par un MIG de l’aviation militaire biélorusse sous le prétexte fallacieux d’une fausse alerte à la bombe, dont personne n’est dupe, avait pour unique but d’arrêter  Roman Protassevitch, un journaliste d’opposition de 26 ans, et sa compagne russe, Sofia Sapega. Dès le mardi 24 mai 2021, l’UE a infligé des sanctions économiques envers le régime biélorusse en interdisant à 88 personnalités biélorusses, y inclus le président Loukachenko, de voyager en Europe et en gelant leurs avoirs dans les banques européennes. Certaines de ces mesures avaient déjà été amorcées à la suite de la répression policière violente envers les manifestations motivées par la falsification du scrutin présidentiel du 9 août 2020.

Depuis, les Vingt-Sept ont donné un tour de vis supplémentaire en demandant au chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, et à la Commission européenne de soumettre sans délai de nouvelles sanctions ciblées. Celles-ci incluent notamment l’entrée en vigueur d’un isolement immédiat de la Biélorussie du trafic aérien international.

Pour sa part, l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) a fait part de sa vive préoccupation en rapport à l’incident du détournement du vol de Ryanair et de ses passagers, ce qui serait une violation de la Convention de Chicago. L’IATA a, de son côté, condamné fermement toute ingérence ou exigence d’atterrissage d’opérations de l’aviation civile qui ne serait pas conforme au droit international, et a demandé une enquête officielle des autorités internationales.

Réponse du berger: .Trois jours après le déroutage du vol de Ryanair, un vol Minsk-Barcelone de la compagnie porte-drapeau bélarusse Belair devait faire demi-tour, son plan de vol comprenant le survol de la France ayant été refusé par le gouvernement de l’Hexagone. Selon le porte-parole de la diplomatie russe, cet acte a été jugé par son gouvernement comme immoral et digne de piraterie aérienne, preuve que na notion de piraterie n’est pas la même en Russie et en France.  Néanmoins, nombreuses ont été les compagnies aériennes qui ont déjà suspendu leurs vols vers la Biélorussie.

L’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne a, ensuite, conseillé aux compagnies nationales et étrangères d’éviter l’espace aérien biélorusse. Air France suivie par Lufthansa, avaient alors fait une demande de modification de plan de vol entre Paris et Moscou et Francfort et Moscou, lesquels devaient éviter la Biélorussie. Ces nouveaux plans leur avaient été refusés par les autorités aériennes russes, prétextant des « problèmes techniques ». La bonne nouvelle vient de tomber : les plans de vol proposés ont finalement été acceptés.

D’autres compagnies comme KLM, SAS, Austrian Airlines, British Airways, et Singapore Airlines ont pris des décisions identiques.

Rien d’exceptionnel : Les contournements d’espaces aériens sont fréquents. Cela fut notamment le cas de l’espace aérien ukrainien au début de la guerre avec la Russie à l’est de l’Ukraine après le tir de missile de l’armée russe qui avait abattu un avion de la compagnie Malaysia Airlines en 2018. La Syrie et l’Iran ont aussi été maintes fois contournés ainsi que, plus récemment, Israël lors des tirs de missiles entre Israël et la bande de Gaza. En fait, l’attitude de la Biélorussie lors de son détournement du vol de Ryanair aura une conséquence néfaste pour ce pays. En effet, si le trafic de et vers la Biélorussie est relativement modeste, tel n’est pas de cas de son survol (notamment pour le trafic entre l’Europe et les pays de l’Asie du Sud-Est) qui génère d’importantes redevances qu’encaisse le régime de Loukachenko. L’organisation Eurocontrol estime à environ 2000 vols hebdomadaires traversant l’espace aérien biélorusse en temps normal.

Gérard Blanc

 

Share

Laisser un commentaire


+ 5 = 12

Sep Voyages

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter