Qatar Airways
Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

Les couleurs de la Côte d’Ivoire

Afrique, côte atlantique, éléphants, cacao, francophonie, déforestation, tourisme, autant de mots qui définissent un grand pays qui mérite d’être mieux connu. Malmenée par l’Histoire, aussi par divers égarements environnementaux, la Côte d’Ivoire n’en reste pas moins un pays d’Afrique très attachant, où subsistent encore plein de choses à découvrir. Un voyage au départ d’Abidjan vers la brousse, vers les terres où pousse le cacao, fera comprendre qu’il n’y a pas que la superbe côte aux belles plages. L’autoroute vers Yamoussoukro, la capitale, est droite et presque neuve, mais n’écarte pas un brin d’aventure.

Abidjan, l’ancienne capitale

Cette ville de plus de 4 millions d’habitants, capitale économique, construite au bord d’une lagune, possède un littoral complexe sur la côte de l’océan Atlantique, qui ouvre sur de magnifiques plages et réserves de zones marécageuses boisées. Parfois, il faut enjamber un pont pour se rendre d’un quartier à l’autre. Comme beaucoup de villes importantes d’Afrique de l’Ouest,  Abidjan est composée à la fois d’un centre très moderne, fréquentée par une population internationale, et tout un ensemble de quartiers à l’ambiance locale pittoresque. Il y règne une atmosphère de surpopulation, où l’on peut se perdre, mais où réside peut-être l’âme véritable de cette mégapole. D’un côté, la cathédrale Saint-Paul, moderne, inaugurée par le pape, et, de l’autre, la grande mosquée, signes évidents du partage des religions de ce pays avec un reste de traditions animistes. La visite d’Abidjan ne se conçoit pas sans les villes historiques accueillantes disposées à la manière de grandes banlieues.

quartier moderne d'Abidjan

Grand-Bassam, qui fut la première capitale, est inscrite aujourd’hui par l’UNESCO au Patrimoine mondial, et ses plages font partie du patrimoine touristique du pays. Bingerville, autre ancienne capitale à 18 km d’Abidjan, est une ville boisée avec son jardin botanique et son arboretum de 56 hectares, très fréquentés par les élèves des écoles qui y font connaissance avec leur monde végétal, si important pour leur avenir.

Mais le domaine le plus étrange, le plus dépaysant, le plus riche en biodiversité, enfin le plus inattendu est le Parc National du Banco aux portes même de la grande ville. Sur à peine 3,4 hectares, il représente  encore la forêt primaire par excellence avec sa flore, sa faune avec  entre autres, ses chimpanzés et ses magnifiques papillons. L’association de jeunes écologistes « VisionVerte » est en charge de ce parc et tente de rétablir son environnement d’origine. En dépit d’une déforestation qui a été ravageuse par le passé, il existe encore 21 réserves naturelles en Côte d’Ivoire.

Yamoussoukro, la traditionnelle

basilique Notre Dame de la PaixAh, la belle basilique qu’est Notre-Dame-de-la-Paix à 243 km d’Abidjan ! Cet immense monument voué à la chrétienté africaine se voit de loin. Les deux architectes Pierre Fakhoury et Patrick  d’Hautuille l’ont conçue dans l’esprit d’une énorme bâtisse aux lignes épaisses, aux couleurs claires, aux vitraux très lumineux. On dit qu’elle est plus grande que la basilique Saint-Pierre de Rome. Le pape est venu en personne la bénir. Une démesure plantée à proximité d’un autre bâtiment grandiose, consacré celui-ci aux rares conférences internationales. L’ensemble se situe un peu à l’écart de la ville même, près d’un  lac envahi de jacinthes d’eau. Yamoussoukro est la capitale en titre avec presque 300’000 habitants, très classique. Il s’agit d’une ville typique d’une Afrique surpeuplée, bouillonnante de vie. Avec sa très imposante mosquée aux murs blancs,  elle représente une Afrique polychrome et pluriconfessionnelle. Une originalité: le petit motel tenu par un Français fou de rugby, le « Brennus », ou on déguste un plat local: l’agouti kedjenou,  ou un poulet à l’ivoirienne.

En avant pour la brousse
_DSC6471 - copieEn voiture, pour traverser la brousse ivoirienne, en passant par la petite ville de Sinfra, direction Soubré. Le bord de ces routes aux centaines de trous n’est pas sans vie : on peut voir défiler allègrement toutes sortes de passants, qui cheminent,  chargés, vers des lieux inconnus avec femmes, enfants et animaux plus ou moins domestiques. Les traversées des petites bourgades marqueront les mémoires ; les costumes, des hommes et des femmes reflètent toutes les couleurs du monde. C’est aussi l’occasion de voir, en passant par ces brousses africaines, des villages traditionnels en banco et des hommes et des femmes en route pour les champs.

groupe scolaire de Kononfla

Dans les plantations de cacao
Pour atteindre les plantations de cacaoyers, il faut suivre une route aussi pittoresque que chaotique, qui mène à Soubré, épicentre du cacao en Côte d’Ivoire, province de la Nawa (le cacao a été introduit en Côte d’Ivoire en 1888). L’occasion est bonne pour découvrir  des villages, de croiser des habitants de la brousse, de jeunes écoliers dans leurs uniformes impeccables, des femmes portant de lourdes charges sur leur tête, et des enfants  dans le dos. Aux portes de Soubré, des villages de « petits planteurs », encore très traditionnels, peuvent se visiter, mais seulement après accord du chef de village et quelques palabres obligatoires.
dans la cacaoraieLes cabosses (fruits du théobroma cacao) se récoltent deux fois par an, les fèves sont séchées au soleil puis portées à la coopérative locale pour  finalement partir en camion à San Pedro, le port d’exportation internationale. Ici, on cultive souvent le cacaoyer en plein air et non en sous-bois, comme d’habitude, car la déforestation a jadis été dramatique et les sols restant en plein soleil sont dépourvus de l’ombre bienfaitrice des feuillages. Quelques plantations d’hévéas surgissent çà et là, et on peut  apprendre comment on saigne l’arbre à caoutchouc. Malheureusement, l’usage des pesticides existe encore. Cependant, aujourd’hui, la tendance est à la culture raisonnée, voire bio.
Le travail des enfants: interdit dans tout le pays. Les temps changent… lentement…
 
Felicio Rodriguez, textes et photos

 

Infos pratiques

Vols pour Abidjan

De Paris avec Corsair ; de Genève via Paris avec Air France et via Bruxelles avec Brussels Airlines ; de Bruxelles avec Brussels Airlines.

Renseignements

Ivoire Voyages Tourisme : http://www.ivtci.com/

Hôtels

A Abidjan, l’Heden Golf Hotel; à Soubré, Complexe hôtelier Anouanze : http://hotelanouanze.wixsite.com.

Restaurant gastronomique

Le Wafou à Abidjan où le chef François Quesnel propose des produits locaux parfois savamment «revisités » ; cuisine gastro..nomique. http://lewafou.com.

Déguster

A Abidjan, une jeune chocolatière propose chez Monchoco des chocolats entièrement écologiques depuis l’arbre jusqu’au papier d’emballage des tablettes!

A visiter encore

Vision verte, le parc national du Banco à Abidjan : https://www.vision-verte.com
 

Share

Laisser un commentaire


+ 3 = 4

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici