Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

MSC Croisières n’aime pas l’Alzheimer

La clientèle du 3ème âge est celle qui compose la grande majorité des passagers des croisières. Il est donc étonnant que MSC Croisières ait réagi aussi maladroitement envers un couple de passagers qui n’y reviendront pas de sitôt.

Selon le quotidien Le Parisien, deux passagers bretons originaires des Côtes-d’Armor,  à savoir Jean Mérel et son épouse Marie,  ont été débarqués au port de Brindisi (2’200 km de chez eux) en raison de la maladie d’Alzheimer dont souffrait la passagère âgée de 81 ans. Ce voyage était un cadeau d’anniversaire pour leurs 50 ans de mariage. Contacté avant le départ, le médecin gériatre avait donné son feu vert, estimant que ce voyage allait être bénéfique pour la santé de la passagère.

La croisière commençait à Venise et devait durer huit jours. Le mari avait demandé à l’équipage de s’assurer qu’il soit possible de fermer la cabine de l’intérieur pour éviter à son épouse de faire des fugues nocturnes, symptôme courant de la maladie. Sans avoir pris le soin d’examiner la malade, le médecin de bord contacté à ce sujet a jugé qu’il était impossible que cette passagère poursuive la croisière et a donc ordonné qu’elle soit débarquée à l’escale de Brindisi. Le couple a dû rentrer chez lui  à ses propres frais (environ 1000 euros). Mauvaise me direz-vous avec raison.

Devant le refus d’un quelconque remboursement de la part de la compagnie MSC, le Breton souhaite attaquer la compagnie en justice. Patrick Pourbais, directeur pour la France de MSC Croisières maintient sa position de refus de toute indemnité, mais, chose incroyable, propose de remettre un bon de réduction pour une prochaine croisière… A la place de Jean Mérel,  je resterais sur mes gardes car un scénario identique pourrait se reproduire.

Dans cette histoire, on ne peut retenir qu’un calcul mesquin de la part d’une compagnie qui transporte plusieurs milliers de passagers et n’en serait pas à quelques milliers d’euros près. Mais le pire encore est cette attitude discriminatoire envers une personne handicapée par la maladie.

En tout état de cause, c’est bel et bien la loi européenne sur les transports qui sera appliquée et je crains que MSC Croisières n’y laisse quelques plumes, aussi éparses soient-elles.

Le plus triste est encore cet anniversaire gâché et tous les tracas qui l’ont accompagné pour un couple âgé qui s’en serait bien passé.

Share

Laisser un commentaire


+ 4 = 12

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter