L\'Atelier du Voyage
Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

Le littoral égéen du Balikesir

littoral du balikesir
A l’intersection des régions de Marmara et de l’Egée, cette province de la Turquie, à 240 km au nord-ouest d’Izmir, est peu évoquée sous nos latitudes. Pourtant, ses plages et ses bistrots du littoral égéen battent leur plein de mai à octobre. Très prisées de la jetset venue d’Istanbul ou d’Ankara, ses stations sont en phase de devenir les Saint-Tropez turques. Pour preuve, la construction d’un aéroport est à l’ordre du jour.

Balikesir, vous connaissez ?
Cette province de forme triangulaire a connu de multiples péripéties, dont la destruction par les Seljukides. Anciennement grecque, elle se situe à environ 240 km au nord d’Izmir. C’est une destination essentiellement balnéaire, avec ses côtes bordant à la fois la mer Egée et la mer de Marmara sous la domination du mont Ida (ne pas confondre avec son homonyme de la Crète). Minaret d'AdatepeBalnéaire oui, mais nous sommes encore loin de l’engouement, voire de la saturation que connaissent des centres touristiques comme, par exemple, Antalya, Kusadasi ou Bodrum. De plus, la plupart de ces sites, villes et villages sont sous la protection de l’Unesco et les grands immeubles ne prennent pas encore la place des maisons classées.

Les traces helléniques
L’ancienne appartenance à la Grèce de cette région lui octroie de nombreux sites mythiques et archéologiques. Le premier d’entre eux est sans conteste l’acropole d’Assos avec les ruines d’un théâtre antique et le temple d’Athéna datant de 530 ans avant J.C. surplombant la baie d’Edremit, face à l’île de Lesbos. On y accède par un chemin aménagé dans une pinède bucolique bordée d’oliveraies.
Le belvédère de Seytan Sofrasi offre peut-être la vue la plus panoramique de la région sur les îles de la mer Egée, le nec plus ultra étant au moment du coucher du soleil. Son nom provient d’un rocher qui évoque l’empreinte d’un sabot de satan. Celui-ci est entouré d’une cage de fer autour de laquelle les visiteurs nouent des rubans de tissus pour conjurer le mauvais sort. Un nouveau site vient d’être récemment découvert à Antandros, là où Paris aurait offert une pomme à Aphrodite, selon la mythologie. Faisant toujours l’objet de fouilles, ce site a permis de mettre à jour des mosaïques et des fresques d’une villa romaine datant de 3 siècles après-J.C., et, côté insolite, la découverte d’une pièce servant à l’accueil permanent de nombreux invités, comme le confirme une mosaïque.

Village d'Adatepe

Des villages de charme
L’intérieur des terres bénéficie de paysages reposants d’une campagne verdoyante et vallonnée plantée d’oliviers. Un coup de cœur sera pour des villages tels que Behramkale, Yesilyurt ou le plus bijou d’entre eux: Adatepe, proche de l’acropole d’Assos. Ce dernier exemple vous baigne dans la Turquie rurale avec des maisons en pierres sèches bordant des ruelles étroites pavées, la place du marché avec un étalage des produits du terroir, le tout dominé par l’incontournable minaret. C’est là même que vous découvrirez des restaurants ou des petits hôtels de charme, anciennes propriétés de familles patriciennes.
Port de Cunda
Des plages et des ports
Le long du littoral égéen du Balikesir s’étalent des stations balnéaires et des ports en tous genres. Il y a, d’une part les petits ports intimistes, comme celui d’Assos et, d’autre part, les stations plus populaires d’Edremit, Avyalik avec son architecture douce et sa grande mosquée, Akçay ou Güre, avec l’enfilade de restaurants de poissons, ou encore la coqueluche des connaisseurs de cette région qu’est l’île et le village de Cunda avec une superbe église byzantine de Taksiryarhis. Dans ces deux derniers ports, les habitats se ressemblent avec, en retrait du port, des ruelles pavées bordées de vieilles maisons et de boutiques d’artisans et, en apothéose, une animation permanente de scènes de rues quotidiennes pleines de piquant. La ville d’Ayvalik est l’une des mieux préservée de la côte éolienne, grâce au règlement communal sur la construction, protégeant les anciennes maisons, dont la destruction est interdite.

Danseuse folkloriqueTraditions animées Une bonne occasion de découvrir les traditions locales est de visiter le musée folklorique de Burhaniye. Le spectacle y est grandiose quand il est donné d’assister à une démonstration de danses traditionnelles aux effets impressionnants, ou mieux encore, à la reconstitution d’un mariage selon les coutumes ancestrales avec des costumes flamboyants (surtout celui de la mariée). Si le temps le permet, dans le jardin, des étals d’artisans vous proposeront des produits locaux dont des marottes de personnages pittoresques ou encore celui, original, de tableaux effectués avec des cocons de vers à soie.

Texte Erika Bodmer
Photos Gérard Blanc

Informations pratiques

Vol

Genève Istanbul-Izmir avec Turkish Airlines et Pegasus.

Hôtel

Manici Kasri dans le village de Yesilyurt et le Kisik Konagi au village d’Adatepe (hôtels de charme).

Restaurants

Le Manici Kasri à Yesilyurt, le Bay Nihat à Cunda, le Taskahve à Cunda (insolite: toilette dans une cabine téléphonique, nids d’hirondelles aux plafonds); le Baccat à Güre.

A voir encore

La cascade de Basdegirmen, l’autel de Zeus, le musée de l’olive à Adatepe.

Share

Laisser un commentaire


1 + 2 =

VT Vacances

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter