Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

L’Andalousie et sa richesse culturelle

Cette terre du sud la plus pauvre d’Espagne mais la plus riche culturellement révèle un patrimoine historique époustouflant et offre un véritable voyage dans le temps. Dans des lieux emblématiques, des monuments essentiels de l’histoire de l’humanité, comme l’Alhambra de Grenade ou la Mosquée de Cordoue, représentent un héritage millénaire d’une grande valeur artistique et culturelle, qui puise son inspiration dans l’art islamique.

L’ALHAMBRA, LA ROUGE DE GRENADE

De l’arabe Al Hamra, ce monument incarne à lui seul l’âge d’or arabo-andalou. Cette forteresse laissée en ruine au XIXe siècle, inspira de nombreux artistes et architectes qui l’ont restaurée au gré de leurs fantasmes ou visions mauresques. Au temps de la domination maure, le sultan régnait sur le palais entouré de ses nombreuses épouses. Celle qui lui donnait son premier garçon avait l’honneur de devenir l’épouse officielle. Lors des réceptions officielles, les invités étaient reçus dans la majestueuse salle des Ambassadeurs.
Granada, Alhambra, Patio de Comares o de los ArrayanesLe sublime plafond représente les Sept Cieux du Paradis Islamique, avec le trône de Dieu dans le huitième ciel, et les quatre arbres de la vie dans les diagonales. La coupole, chef-d’œuvre de charpenterie, est faite de pans de bois de cèdres du Liban, décorés d’étoiles aux couleurs ivoire, nacrées et argentées. La lumière de l’extérieur produit des effets d’éclairage intense sur le trône. L’harmonie qui règne dans cette salle inspira certainement Isabelle la Catholique lorsque Christophe Colomb vint y négocier ses grands voyages.
La cour des Lions (patio de los Leones) est le lieu le plus remarquable. Son nom provient des douze lions-jets d’eau de la fontaine qui se trouve au milieu du patio. Le grand bassin recueille une fontaine, en marbre blanc, l’un des exemples les plus imposants de la sculpture musulmane. Chaque année, en juillet, un festival international de musique et de danse est organisé dans le théâtre en plein air, situé dans les jardins du Generalife. Les grands orchestres symphoniques se produisent dans le palais inachevé de Charles Quint, cadeau de mariage de l’empereur à sa femme Isabelle du Portugal.

L’OLIVERAIE GÉANTE

Entre Grenade et Cordoue, au sud de l’Espagne, s’étendent des champs d’oliviers à perte de vue. Adaptée au climat méditerranéen et au soleil de plomb, l’oliveraie géante parfume l’espace d’effluves amandées. A Montilla, dans la province de Cordoue, le moulin de Juan Colin, cultivateur d’olives, conserve un riche héritage oléicole, qu’il expose dans son musée du moulin. Les anciens systèmes de broyage conservés font du musée une référence unique de l’histoire, de la culture et de la réalité de l’huile d’olive andalouse que l’on dit être la meilleure au monde !

LES PATIOS DE CORDOUE ET LEURS SECRETS

Les remparts de Cordoue

Chaque mois de mai, les maisons andalouses ouvrent leurs portes aux visiteurs pour participer au concours du plus beau patio. Ce lieu très privé est rafraichi par une fontaine centrale, et des plantes en pot prennent l’assaut du moindre mur pour le transformer en mosaïque végétale. S’ajoutent à l’hospitalité des propriétaires des patios, des spectacles de flamenco et des bodegas offrant tapas et vins du pays.
La Grande Mosquée de Cordoue porte bien son nom. Elle impressionne autant par sa taille que par son architecture islamique. Ce monument, construit au huitième siècle, fut agrandi trois fois pour atteindre une surface de 23’400 m2. L’espace est divisé en un grand nombre de nefs et une forêt de colonnes, toutes signées de leur réalisateur. La splendeur des arcades aux dentelles monumentales et le somptueux mihrab décoré de mosaïques byzantines magnifient le plus accompli des monuments de l’art des Omeyyades de Cordoue. Au centre de la mosquée, lors de leur conquête, les chrétiens édifièrent une cathédrale. Lorsque Charles Quint vit le résultat, il tint ses mots : « Vous avez détruit ce que l’on ne voyait nulle part ailleurs, pour construire ce que l’on voit partout. »

MALAGA LA CONQUISE

Principal débouché maritime et deuxième ville d’Andalousie après Séville, Malaga fut très convoitée. D’abord phénicienne puis grecque et carthaginoise, elle fut alors baptisée Mainake. Sous l’empire romain, elle connut une première période de splendeur grâce à son port. Survint ensuite l’invasion des Visigoths, puis la domination musulmane. Elle prit alors le nom de Malaka. La reconquête des Rois Catholiques chassa définitivement les Maures en 1609. Ensuite, elle a quelque peu occulté l’offre balnéaire en faveur de l’urbanisme pour concentrer ses efforts de promotion sur la richesse de sa culture grâce à son passé exceptionnel. Le splendide musée Picasso se situe dans l’ancienne médina du célèbre palais de Buenavista. Y sont présentées 138 œuvres du célèbre artiste né à Malaga, où il vécut les dix premières années de sa vie. « Quand j’étais enfant, je dessinais comme Raphaël, il m’a fallu une vie pour apprendre à dessiner comme un enfant », disait-il. Huiles, dessins, gravures, sculptures et céramiques ornent cette collection qui retrace l’œuvre de l’artiste aux multiples facettes. La cathédrale Notre-Dame de l’Incarnation est baptisée la « Manchote » par les habitants de Malaga pour être restée inachevée. Une des tours s’érige fièrement alors que sa jumelle n’a jamais pu voir le jour après 250 ans de construction.

Vielle ville de Malaga

TOUS À LA PLAGE

Nichées au sud de l’Espagne, bordées par la mer Méditerranée et l’océan Atlantique, quelques stations balnéaires d’Andalousie ont subi une expansion peu glorieuse et bon marché engendrant un tourisme de masse, comme Torremolinos. D’autres, à l’instar de Marbella, et comme certains villages de pêcheurs, ont gardé leur charme et leur authenticité. Des petits bijoux comme Conil de la Frontera restent à découvrir. Ce village de pêcheurs au blanc éclatant jouit d’une magnifique plage de sable. Nerja, déjà plus touristique, est également authentique et cache des trésors sous l’eau, des grottes souterraines pour les amateurs de plongée.

Texte Véronique Coppey

Photos © Felicio Rodriguez et © Turespaña

Agence spécialisée : www.cristal-voyages.ch

Infos pratiques

Vol

Genève-Malaga avec Swiss

Hôtels

A Malaga : Le Parador Camino de Gibralfaro; à Grenade : Le Guadalupe(situé à l’entrée de l’Alhambra, repas aux sons de guitares et chants andalous); à Cordoue : Hospes Palacio el Bailio (palais du XVIe siècle) ; à Malaga-Antequera : Convento la Magdalena (ancien couvent rénové).

Restaurants

A Grenade: El Agua (vue des toits de l’Albayzin et de l’Alhambra illuminée), le Mirador de Morayma (plats régionaux), le Damasqueros ; à Cordoue : Meson Juan Pena ; le bar à Tapas Santos.

Share

Une réponse à  to “L’Andalousie et sa richesse culturelle”

Laisser un commentaire


6 + 6 =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter