Touristes, si vous saviez...
JE PARS TRÈS LOIN

Du haut des grands massifs canadiens

Dans le second pays le plus vaste de la terre, la nature est toujours sauvage.

On imagine parfois mal l’immensité du Canada qui, pendant des centaines de kilomètres à la ronde, offre une nature vierge sans le moindre signe de civilisation. Les villages sont rares. Il faut tout oublier et laisser voguer son esprit.
La douce torpeur de la voiture climatisée peut être un ennemi plus redoutable que l’ours noir.

Un air d’Albion: A la pointe extrême sud de l’île de Vancouver, à l’ouest du Canada, Victoria, avec ses 290 000 habitants, est la capitale administrative de la Colombie britannique. Alors qu’en février le reste du Canada se gèle, les rues proprettes de Victoria sont couvertes de fleurs. C’est la ville préférée des touristes canadiens qui recherchent le charme britannique, les nombreux restaurants de fruits de mer alignés le long du port, les parcs verdoyants et les salons de thé servant le traditionnel «afternoon tea». A Victoria, on sent un parfum prononcé d’Albion. C’est le rendez-vous des Nord-Américains nostalgiques de la Grande-Bretagne, comme Québec est celui des amoureux de la culture française. Nul besoin de s’embarrasser d’une voiture pour visiter la ville, toutes les attractions touristiques sont concentrées en bordure de la rade. Le Parlement de la Colombie britannique est peut-être le bâtiment le plus imposant de la ville et prend toute sa majesté la nuit, quand ses nombreuses ampoules électriques en dessinent le contour. Depuis 1780, le port intérieur accueille des cargos venus de destinations lointaines et un fort trafic touristique de ferries. La Chinatown compte plus de 10 000 âmes et ne change guère des autres centres chinois de la côte pacifique.

Billet de vingt dollars

Le lac Louise est un charmant petit lac à 1900 m d’altitude et entouré d’un cirque de montagnes au pied duquel le glacier Victoria semble se jeter dans les eaux. A 12 km de là se trouve Lake Moraine, un point de vue célèbre, qui figure sur le dos des billets de vingt dollars canadiens, que l’on vous invite à comparer à l’image réelle. Au bout de la vallée Bow apparaît la charmante ville de Banff avec des rues aux noms d’animaux et des sources d’eau chaude sulfureuse.

Cétacés: Le point culminant de la visite de Victoria est l’impressionnante rencontre avec des orques. «Le Zodiac met le cap sur les côtes de l’Etat de Washington, raconte un participant à une sortie «whale watching ». Tout d’un coup, nous apercevons un premier groupe d’orques. C’est une mère et ses deux filles. On les reconnaît à leur épine dorsale et à leurs taches blanches. Plus tard, nous croisons un couple. La femelle fait des cabrioles devant nous. Le mâle tape l’eau de sa queue. S’agit-il de signes? De jeux? C’est magnifique de les voir d’aussi près!»

Environs: Les amoureux de côtes sauvages suivront le «scenic drive» sur le côté est de l’île. Au nord, le Butchart Garden est au Canada ce que le Keukenhof est aux Pays- Bas. Dans 20 hectares de fleurs, une quarantaine de jardiniers exposent plus d’un million de plantes et de fleurs. En direction de Port Hardy, on traverse Duncan, la «ville des totems». La région est une réserve de la tribu Cowichan-Salishs, la plus importante communauté amérindienne de l’île. Le bourg est parsemé de totems de toute beauté. Dix kilomètres plus loin, le village de Cemainus est réputé pour ses gigantesques peintures murales.
Depuis Vancouver, la première étape des Rocheuses est Whistler. Pour y parvenir, on traverse une réserve indienne sur 15 km par une route qui franchit un col de 1500 mètres. Puis, on longe le canyon de la rivière boueuse Frazer, laquelle regorge de saumons qui la remontent en rangs serrés. Le paysage est rocailleux et escarpé. Après 40 km, c’est le petit lac Lejeune avec ses cabanes en rondins. Les randonneurs passionnés de géologie admireront le massif du Black Tusk et ses colonnes de basalte pétrifiées, telle la Chaussée des Géants d’Irlande du Nord.

Cascades à profusion: Le parc de Wellsgray et la route qui mène à Green Mountain offrent un magnifique panorama sur les forêts à perte de vue. L’itinéraire se poursuit au milieu des cascades (chutes Dawson, chutes Helmcken). Depuis un belvédère, on peut observer le débit de l’eau. Là où le goulet se resserre, l’eau est propulsée 140 mètres en bas, rejaillit dans les airs et s’enfuit dans le canyon.

Gare aux ours: A 1060 mètres d’altitude, Jasper doit sa renommée au canyon de la Maligne et au lac Médecine situés au bas d’un immense mur de rochers gris que l’on appelle le Queen Elizabeth Range. Sans trop s’approcher, on peut observer des rennes, des mouflons, des chèvres de montagne et des ours noirs. L’apothéose est pour le lac Maligne, l’un des plus beaux des Rocheuses. Un bateau mène à Spirit Island, dont la photo a fait le tour du monde. L’eau est de couleur verte. Cela vient de la «farine de roche», un phénomène géologique qui veut que les glaciers réduisent les rochers en poudre, laquelle est entraînée dans le lac par la fonte des neiges et demeure en suspension dans l’eau. L’eau verte, les glaciers, les montagnes et l’île au centre donnent un spectacle unique. A pied à travers un pierrier on parvient au lac Cavell. De la taille d’un étang, il charrie des icebergs. On visite de nombreux autres glaciers et moraines dans la région de Columbia Icefield, le plus grand réservoir glaciaire des Rocheuses.

Calgary, capitale du rodéo

Une virée en voiture de location dans l’ouest du Canada peut, par exemple, commencer à Vancouver et se terminer à Calgary, point d’orgue des Rocheuses canadiennes.
L’origine de Calgary remonte à 1875, période où les cavaliers de la police montée se rassemblaient pour contrôler le trafic de l’alcool. Cinq ans plus tard, la construction d’une ligne de chemin de fer passant à Calgary transforma ce qui n’était qu’un village en un centre important d’élevage bovin.
Plus tard encore, on découvrit du pétrole et Calgary devint rapidement une grande métropole.
Nombreux sont les qualificatifs de cette métropole à caractère résolument nord-américain comme, par exemple, «la ville la plus haute du Canada». Mais cette appellation ne vient pas du tout de la hauteur de ses gratte-ciel, mais du fait qu’elle se trouve à 1139 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Cette ville est placée à la frontière entre les plaines de l’est et les montagnes de l’ouest. La proximité des montagnes en fait un point d’arrivée idéal pour les sports d’hiver. Rien de surprenant donc qu’elle ait accueilli en 1988 les Jeux olympiques d’hiver.
Mais ce qui est à retenir avant tout est une ancienne tradition portant le nom de «Stampede» ou encore le «Rodéo de Calgary».
On peut dire qu’il s’agit du plus grand événement annuel du Canada, avec chaque année plus d’un million de visiteurs et de figurants.
Le programme comporte, entre autres, une compétition internationale de rodéo, des spectacles de courses de cantines  ambulantes, etc. Dans la rue, tout le monde ou presque porte des costumes indiens ou de cow boys (n’oubliez pas de mettre votre Stetson, vous ferez alors couleur locale).
Le plus grand événement de tous est sans aucun doute l’un des cortèges les plus spectaculaires du monde avec plus de 300 000 figurants.

Texte et photos Aline Pachoud

Informations pratiques

Vols

Genève-Montréal-Calgary avec Air Canada

Agences spécialisées

Skytours, +41 21 331 25 70, Canadian Tours, +41 22 320 33 11.

Langues

Rares sont les francophones qui habitent cette région. La population ne connaît pratiquement pas le français mais se mettra en quatre pour vous faire plaisir.

Logements

Le Sundial Boutique Hotel à Whistler, Kamploops Resort au bord du lac Lejeune,le Bonhomme Bungalows à Jasper,le Post Hotel à Lake Louise,le Queen Victoria Inn à Vancouver, le Oak Beach Bay à Vancouver Island, le Fairmont Palliser à Calgary.

Restaurants

Le Grizzly House à Banff, l’Edelweiss à Lake Louise, le Wildwood Pub à Calgary, le Marriott Pinnacle Brewpub à Vancouver.

Musée

Royal British Columbia Museum.

Insolite

Le musée en plein air de Duncan.

Climat

Tempéré sur les côtes. Précipitations inégalement réparties. Température clémente (il ne neige presque jamais).

Paiements

La carte de crédit est presque obligatoire.

Taxe

Rajouter environ 10% de taxe sur les prix affichés.

Boire et manger

Gastronomie pas très variée: hamburgers, steaks, crudités, whisky canadien, fruits de mer.

Share

Laisser un commentaire


1 + 4 =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici