Touristes, si vous saviez...
JE PARS TOUT PRÈS

Si Voltaire m’était conté

Si vous allez à Ferney-Voltaire, en passant devant cette gentilhommière où habitait le célèbre écrivain, vous y trouverez un château comme il y en a tant d’autres en France. Sachez que celui-ci connaît un succès chaque jour grandissant. La raison est qu’il a été la résidence du célèbre écrivain Voltaire dont les oeuvres et les prises de position ont eu un retentissement mondial.

Cabinet de travail de Voltaire

Cabinet de travail de Voltaire © Gerard Blanc

La gentilhommière
Certes, le rez-de-chaussée fait l’objet de visites guidées, dont le clou est le cabinet de travail du célèbre écrivain. Les statues de Voltaire ornent le vestibule et font partie d’une collection de représentations picturales du philosophe, la plus belle étant son portrait peint par Maurice Quentin de la Tour.

La bâtisse, de forme un peu austère, est assez atypique pour l’architecture de l’époque, avec son toit mansardé; mais là n’est pas la quintessence de la visite. C’est plutôt tout ce que le commentateur vous apprend sur la vie qu’y menait Voltaire, avec la rédaction du Dictionnaire philosophique (ou la Raison par l’alphabet), du Traité sur la Tolérance et du fameux Candide. Il y écrivit pas moins de 6’000 lettres! C’est aussi de là qu’il mena ses combats pour la liberté, dont celui de l’affaire Calas.

Après s’être fait déclarer comme persona non grata pour ses espiègleries et son trop franc-parler, d’abord à la cour de Saint-Pétersbourg, puis à Lausanne et enfin à Genève, Voltaire élut enfin domicile à Ferney, où il se sentit enfin libre, bien éloigné des pouvoirs de l’époque.

Bien que «vieillard» (pour l’époque), il se sent avoir une seconde vie et déploie une énergie folle pour faire construire le bâtiment qui allait devenir son château. Il fait transformer l’église et assainir les marais pour en faire des terrains agricoles. Il se conduit alors en «Seigneur de Ferney», mais précisons: «seigneur éclairé», car il fait alors venir des artisans (dont des horlogers) et invite dans son domaine l’intelligentsia européenne entre 1760 et 1778.

buste de Voltaire

Une oeuvre pour le maître
«Cette église que j’ai fait construire est la seule église de l’Univers qui soit dédiée à Dieu seul. Toutes les autres sont dédiées aux saints. Pour moi, j’aime mieux bâtir une église au maître qu’aux valets.»
Volontairement ou non, Voltaire, à qui on doit cette pancarte apposée aujourd’hui à l’église proche de son château, se rapprochait de la pensée protestante sans vouloir lui donner ce nom (à cette époque, on était envoyé aux galères pour moins que ça). La route principale séparait alors cette église du château. Voltaire décida de la déplacer, mais en fut empêché par l’évêque d’Annecy, ce qui fut le début de ses longues disputes avec le clergé.

Gérard Blanc

Share

Laisser un commentaire


7 + 4 =

Sep Voyages

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter