Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

Les Galiciens du sud-est polonais

Vous direz peut-être: «La Galicie, je connais! C’est à l’ouest de l’Espagne». Erreur, la Galicie n’est ni la Galice (Espagne), ni la Galatie (Turquie). Cette ancienne province de l’empire austro-hongrois, qui s’étendait sur 78’000 km2, n’a plus vraiment de démarcation précise, à cheval sur la frontière des Basses-Carpates séparant aujourd’hui la Pologne de l’Ukraine. Côté Pologne, la Voïvodie (région administrative) des Basses-Carpates se trouve à l’extrême sud-est (3 millions d’h.).

Le premier pétrole
C’est à Borbrka que le pétrole a été découvert pour la première fois par le pharmacien Ignacy Lubasiewicz. Un musée lui est consacré. On y découvre notamment les différentes étapes d’extraction du pétrole, depuis la simple utilisation d’un seau tiré à la main jusqu’aux derricks, aux ânes et aux systèmes d’extraction électroniques.

Elle est riche en événements historiques, depuis les batailles entre les tribus germaniques et celtes jusqu’à son destin tragique lors des nettoyages ethniques des nazis. Entre ces deux époques extrêmes, les habitants ont subi de fréquentes invasions, dont celles des Slaves, des Mongols et des Tatars (tous les cinq ans), sans compter les temps où la Pologne avait été simplement rayée de la carte, alors partagée entre la Prusse, l’Autriche et la Russie.

Les villes
Comme la plupart des agglomérations de cette région, Rzeszow (prononcer Géchouf), la capitale du sud-est de la Pologne (182’000 h.) a connu de nombreux bouleversements dus aux guerres et aux multiples invasions. Il faut admirer sa place centrale avec son hôtel de ville et son beffroi. Il fait bon flâner par beau temps le long de ses rues Maja ou Kosciuszki bordées de terrasses de bistrots. Rzeszow, Galicie, PologneMais le clou est la visite des couloirs souterrains sous la place centrale, lesquels avaient été creusés au 16e siècle pour se protéger des envahisseurs tatars et, accessoirement, pour sauvegarder les stocks de vins hongrois. On y trouve une collection de blasons et d’armes de plusieurs époques, dont la hallebarde suisse. Przemyśl (64’000 h.) est la seconde ville de la région en importance et la plus ancienne ville de Pologne. Elle servit de décor au roman du «Brave soldat Chveik» de Jaroslaw Hasek. On peut y admirer, entre autres, le château de Kazimierzowski où vécut Casimir le Grand (14e siècle), le palais Lubomirskvi, ainsi que de nombreuses références à la Première Guerre mondiale dans les fortifications en cours de restauration.

La route des églises en bois
L’une des majeures attractions de Galicie est celle de ses superbes églises et maisons en bois qui jalonnent les routes, à l’instar du Maramures de Roumanie. L’art religieux y est omniprésent avec, ici des mosaïques dans une nef, là ou encore où on trouve des personnages dignes des santons de Provence et de superbes icônes dont le fleuron est exposé dans le musée en plein air de Sanok. On découvre alors que de telles églises ont été bâties pour les cultes orthodoxes, catholique romain et grec-catholique; Maison en bois, Galicie, Polognecette église fut attachée de force à l’église orthodoxe russe et qui décida en 1595 de rompre avec Constantinople et de se placer sous la juridiction de Rome. Si on construit de moins en moins de maisons paysannes en bois aujourd’hui (coût trop élevé), les églises, elles, bénéficient de deniers de l’UNESCO pour leurs restaurations, bon nombre de ces édifices ayant parfois été laissées à l’abandon, notamment suite aux dernières déportations des habitants.

Un musée en plein air
De nombreux itinéraires proposent de découvrir l’architecture en bois pour qui dispose de temps. A défaut, une concentration de l’habitat en bois se trouve au musée de constructions populaires de Sanok, où une collection d’églises et de maisons paysannes ont pu être transportées et regroupées. Ce musée en plein air donne une bonne image du patrimoine architectural typique de la région. Il regroupe les constructions des différents groupes ethniques vivant ou ayant vécu dans les Basses-Carpates, une bonne centaine d’ouvrages en bois du XVIIe au XXe siècle, ainsi que des spécimens reconstitués des fermes, des églises orthodoxes, des moulins hydrauliques, des moulins à vent, etc.

Château de Krasiczyn, Galicie, PologneLa noblesse polonaise
Créée au 10e siècle, la noblesse polonaise sévit encore aujourd’hui. La Magnateria (le gratin qui détenait les grands postes de l’Etat) possédait des châteaux dont une grande partie fut détruite ou occupée au temps du communisme. Certains d’entre eux furent restaurés, comme le château de Krasiczyn près de Pzemysl dont le clou est la légende de la Dame blanche, une jeune fille qui s’était suicidée par dépit amoureux et dont le fantôme apparait de temps à autre la nuit dans les corridors.

Un projet ambitieux
La Suisse participe à des projets visant à aplanir les disparités économiques à l’intérieur d’un même pays européen et à susciter les échanges économiques avec les pays voisins. Parmi ces initiatives figure la création d’eurorégions qui sont des structures administratives de coopération transfrontalière entre deux ou plusieurs territoires de différents États européens. Ces eurorégions n’ont pas de pouvoir politique. Par contre, elles font la promotion des intérêts communs transfrontaliers.
Aujourd’hui, l’eurorégion des Carpates «Carpathia» compte cinq associations de développement, dont l’une des plus dynamiques est celle des Carpates polonaises avec pour Secrétaire Général Dawid Lasek. On ne peut qu’admirer et imaginer la bataille quotidienne que représente la réunion des cinq pays que l’histoire a longtemps séparé et qui sont la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, l’Ukraine. La HES de Sierre participe à cette initiative. Aujourd’hui la région portant le label Carpathia souhaite un jour obtenir aussi le soutien de l’Union européenne.

Texte et photos – Gérard Blanc

Infos pratiques

Vol

Genève-Francfort-Rzeszow avec Lufthansa

Logements

Hôtel Ambassadorski à Rzeszow; Château de Krasiczyn près de Pzemysl; Manoir de Kombornia à Korczyna. Agrotourisme très développé et de nombreux logements chez l’habitant.

Gastronomie

La région est riche en saveurs du terroir dans lesquelles figurent à la fois des influences des cuisines juive, nomade, ukrainienne, etc.; nombreuses soupes (bortsch et goulasch), toute une variété de fromages (chèvre et brebis, goûter le fromage fumé!); proziaki (petits pains) et un dessert sublime, à savoir: sur une grande assiette des myrtilles et de la crème aigre sucrée sur un lit de merveilles; boissons multiples, dont l’hydromel, la bière semi-artisanale, la vodka et la slivowitz, mais aussi une variété d’alcools à base de plantes. Le vin est à ses débuts.

A visiter encore

Le centre de poterie de Medyna Glogowska; la brasserie de Ursa Major; le centre d’élevage de bisons du parc national de Białowieża; la fabrique de pipes de Mr Brog à Przemyśl; la soufflerie de verre de Sabina à Rymanow.

Activités

Avec un paysage similaire au Jura, la région est propice aux grandes randonnées (à pied ou à vélo) grâce à un espace peu urbanisé et un environnement rural accueillant. Les Polonais sont très attachés à leurs traditions. Sur la grand-place de Rzeszow, si vous tombez bien, il arrive que des groupes folkloriques polonais émigrés venus d’un peu partout en Europe se produisent sur un podium les jours de marché. C’est un enchantement de voir les danses effectuées dans un ensemble parfait avec leurs costumes chatoyants.

 

Share

Laisser un commentaire


4 + 5 =

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter