Touristes, si vous saviez...
JE PARS À LA DÉCOUVERTE

Sardaigne : d’Alghero à Castelsardo

La partie nord-ouest de la Sardaigne est l’une des plus authentiques de l’île et dénote avec le côté un peu snob de la Costa Smeralda. Villes historiques où transpire le passage des seigneurs d’Aragon et de la Catalogne (avec des noms de localités ayant gardé des consonances espagnoles), ports de pêche pittoresques et parcs naturels protégés, en font l’essence.

De toutes les villes de la région, Alghero est vraisemblablement la plus pittoresque par sa promenade de front de mer donnant sur le port de pêche de Porto Darsena, mais surtout par ses remparts, tours et bastions qu’on croirait être encore en permanence prêts à tenir le siège d’imaginaires pirates. Intramuros, le centre historique avec ses rues étroites est jalonné de palais de patriciens, dont l’un porte le nom cocasse de palais Machin (on porte le nom qu’on peut…). On admirera aussi les nombreux édifices religieux et autres tours gothiques bâtis par les conquérants catalans qui dominèrent la ville pendant plus de deux siècles. Aghero, SardaigneImmanquablement, les Catalans laissèrent leur empreinte architecturale, notamment en ce qui concerne la cathédrale.

Ferries et antiquités
Parmi les nombreuses destinations de la Sardaigne, il en est une qui sonne familière aux oreilles des passagers estivants souhaitant voyager avec leurs propres voitures: Porto Torres. Le nom à consonance espagnole les Ibériques, et surtout les Catalans, occupèrent le nord de la Sardaigne entre le 12e et le 15e siècle) se rapporte à l’un des ports de car-ferries les plus fréquentés de l’île, notamment depuis la Corse et les rivieras français et italienne (Marseille, Toulon, Gênes, Civitavecchia, etc.). Mais Porto Torres est plus qu’un simple port marchand, c’est surtout un centre culturel, dont en premier lieu, parmi de nombreux sujets de curiosité, l’Antiquarium Turritano, musée archéologique national rappelant que la ville fut romaine. Créée par Jules César en 46 avant J.C. elle possède l’un des ponts d’époque le mieux préservé, mais aussi des termes, un palais du «Roi barbare» et le «cardo», une rue commerçante, datant du 3e et 4e siècle après J.C. Parmi les clous de découverte de Porto Torres, on citera aussi la plus grande église romane de Sardaigne qu’est la basilique de San Gavino, et dont la particularité est son portail avec la représentation d’Adam et Eve. Si vous êtes curieux de nature, vous irez découvrir des caves dans lesquelles se trouvent d’anciennes mosaïques des premiers chrétiens.

Le village des thons
Plus encore que l’île de la Maddalena et sa voisine l’île de Caprera, l’île d’Asinara est un paradis pour les randonneurs de tous acabit à pied ou en 4X4. Pour y accéder, on passe par le charmant village de Stintino (appelé ainsi pour la forme de la péninsule sur laquelle il se trouve et qui rappellerait la forme d’un intestin). Ce village fidèlement méditerranéen est le point de départ de la navette maritime qui relie l’île principale de la Sardaigne à l’ilot idyllique d’Asinara. Avant de s’embarquer pour cette visite qui pourrait bien être le clou de tout voyage en Sardaigne, le regard du visiteur se posera sur ce petit village et son port de pêche, dont les fresques d’un square et les photos apposées sur le mur d’un hôtel-pension remémorent l’activité de pêche au thon qui faisait vivre ses habitants, et la technique employée au siècle dernier pour rabattre les bancs vers un bassin du port.

Un jardin d’Eden
Consacrons-nous maintenant à Asinara, dont la visite se trouve limitée au premier et au dernier ferry qui relie son vieux port à celui de Stintino. Le peu de villages et d’habitations n’en font qu’une attraction plus authentique pour qui aime se plonger dans la vraie nature. Une exception à cette excursion champêtre sera la visite des pénitenciers où, jusqu’aux années 80, les prisonniers politiques (Brigades rouges) et de droit commun (notamment les parrains de la mafia comme Giuseppe Brusca ou Matteo Boe) étaient emprisonnés sous haute surveillance. Il faut admettre que les tentatives d’évasion ont été plutôt rares en raison de la configuration géologique et l’isolement. Aujourd’hui, les pénitenciers ont perdu leur activité et répondent à la curiosité des touristes avec des visites guidées des cellules. SardaigneMais la particularité de cette île est surtout la rencontre avec des animaux en liberté tels que les porcs sauvages, les mouflons, les sangliers, des ânes sauvages albinos, des marins pêcheurs, des hiboux diurnes et une multitude d’oiseaux migrateurs qui fournissent un centre de recherche ornithologique qui, en collaboration avec d’autres centres ailleurs en Europe, baguent les oiseaux et suivent leurs parcours migratoires. Plus spectaculaire encore sera la variété des fleurs sauvages qui bordent les plages désertes et offrent des paysages incomparables faits de criques multicolores.

Castelsardo
Le couronnement de ce carnet de route est sans nul doute la citadelle génoise de Castelsardo au sommet d’un rocher sur lequel sont collées des maisons médiévales dominant une imposante marina. Au bord des ruelles pavées, des paysannes tressent des paniers, une tradition ancestrale qui alimente un musée de la paille situé en face du château. Une autre curiosité non loin de là est un rocher rappelant la forme d’un éléphant avec sa trompe.

Textes Erika Bodmer,
photos Gérard Blanc

Infos pratiques

Ce reportage a pu être réalisé grâce à l’agence Omnia Travel à Genève: +41 22 785 72 00 .

Vols

Genève-Olbia sans escale avec Swiss, easyJet et Meridiana. Via Lugano avec Darwin Airline et via Rome avec Alitalia.

Gastronomie

On trouve dans la gastronomie de la Sardaigne un bon mariage entre le terroir de la campagne et de la montagne (jambon cru, saucissons, fromages de vache, de brebis et de chèvre, dont la fameux pecorino) et les fruits de mer grâce à l’approvisionnement de nombreux ports de pêche (langoustes, araignées de mer, baudroies, dorades, rougets, rascasses, etc.). La Sardaigne est un pays de vignobles et produit d’excellents vins dont on citera le vermentino (blanc sec), le cannanau et le carignano (rouges) et le malvasia (blanc liquoreux).

Logements

Bed & breakfast à Porto

Torres: Le Sabbia e Mare, www.sabbiaemare.com; à Castelsardo, l’hôtel Pedraladda avec plage privée et vue panoramique sur la ville, www.hotelpedraladda.it.

Agrandir le plan

Share

Laisser un commentaire


6 + = 11

Qatar Airways

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter