Touristes, si vous saviez...
JE PARS EN WEEK-END

Riga, capitale culturelle en marche silencieuse vers la prospérité

Riga est indubitablement lettonne, même si la communauté russe qui y vit encore regrette le temps où elle était la maîtresse des lieux. «Pour vivre bien, vivons cachés», serait le slogan préféré de la cité balte qui, sans bruit, vit bien sa démocratie (40 partis politiques), ses religions (luthérienne, catholique, orthodoxe et juive) et ses langues (letton et russe).

Le visiteur aura de la peine à définir l’ethnie typique de l’habitant de Riga, tant celle-ci est un mélange de ses nombreux envahisseurs que furent les Suédois, les Finlandais, les Polonais, les Allemands, les Russes et, pour ne pas les oublier, les Lives, le véritable peuple d’origine.
Riga contraste avec d’autres villes de l’ex- Union soviétique par sa prospérité. Il suffit de parcourir, le matin, les allées du grand marché installé dans les anciens hangars des Zeppelins pour se rendre compte que, à l’inverse de la Russie ou de l’Ukraine, par exemple, les étals regorgent de fruits et de légumes superbes, d’une opulente charcuterie ou de poissons fraîchement pêchés dans la Baltique.
Bon nombre de monuments et de maisons de maître ont été remis en parfait état, telles des maisons néo-modernistes du début du siècle dernier, et ceci grâce, notamment, aux entreprises locales, telles les banques, qui ont financé leur restauration. Avec la ville nouvelle à l’est et la vieille ville (Vecriga) à l’ouest, bordée par le fleuve Daugava, Riga est ponctuée de parcs spacieux où trônent la statue du poète national Janis Rainis, et celle de la Liberté, cette dernière brandissant fièrement ses trois étoiles avec, à ses pieds, la garde militaire qui monte la garde au pas cadencé lors de l’incontournable relève.

Les grottes
La vallée de la Gauja est jalonnée de multiples grottes de grès comme, par exemple, la petite et la grande grotte du Diable, mais la plus spectaculaire est encore la grotte de Gut Anis, celle de la jeune Maija. On y trouve les plus anciens des graffitis au monde, gravés par des visiteurs depuis la moitié du 19e siècle.

Vecriga
C’est la vieille ville qui attire irrésistiblement, à commencer par la Tour de la poudrière, l’un des vestiges des anciens remparts du Moyen Age. Riga se distingue par ses architectures. Les premiers coups de coeur vont aux maisons médiévales, telles que celles des «Trois Frères», parmi lesquelles on remarquera l’édifice le plus ancien de Riga, à savoir la maison de la Petite et de la Grande Guilde. D’autres édifices notoires sont la maison de Reitern aux colonnes corinthiennes, les maisons de l’ancien quartier militaire Saint-Jacques, les restes des remparts, les portes et autres maisons pittoresques que l’on découvre en pénétrant dans les «sétas» (cours)

Multi-christianisme
La foi religieuse lettonne se témoigne en premier lieu dans les églises luthériennes, telles que la cathédrale Saint-Pierre (1209), plusieurs fois incendiée et reconstruite. Il faut absolument grimper jusqu’au sommet de son clocher depuis lequel on bénéficie d’un splendide panorama de la ville dans son intégralité. On avisera entre autres, l’église catholique Saint Jean, la plus vieille église en pierre de Riga. Pour le culte orthodoxe, il a en général lieu dans l’église Alexandre Nevsky, la cathédrale de la Naissance-du-Christ avec ses coupoles dorées étant plutôt utilisée comme musée.

Chevalier teutonLe parc des mystères
Au sud de Riga, le parc naturel de la Gauja s’entoure de légendes:
• Six chevaliers teutoniques habitaient un château médiéval à eux seuls. Ils en avaient fait consolider les murs avec du miel et des œufs, un mortier, paraît-il, indestructible.
• Une jeune fille de 17 ans, amoureuse d’un jeune homme du même âge, était convoitée par un officier polonais qui se fit passer pour son amant à l’occasion d’un rendez-vous galant. La demoiselle refusant ses avances, l’officier la tua par dépit.
• Un roi d’une tribu livonienne fit un voyage à Rome et revint avec la volonté de convertir son peuple au christianisme. Les histoires de ce genre s’appuyant à la fois sur des légendes et sur des faits réels, ajoutent à l’atmosphère qui enveloppe le parc naturel de la vallée de la rivière Gauja, à quelques kilomètres de Riga. Aujourd’hui, le parc de la Gauja est aussi un rendez- vous pour des amateurs d’opéras joués dans ce cadre exceptionnel qu’est le château teuton de Sigulda. Une autre surprise pour cette région, qui ne s’élève guère à plus de 320 mètres au-dessus du niveau de la mer, est une piste de bobsleigh, où s’entraîne l’équipe olympique lettonne, qui est parvenue jusqu’à la 7e place internationale du bob à quatre.
Comme tout bon parc naturel, celui de la Gauja est d’abord visité pour sa faune et sa flore. La quasi-absence de grosses entreprises industrielles polluantes en a fait un endroit à l’air presque pur. A Sigulda, comme à Turaida, Ligatne ou Cesis, situés dans la vallée de la rivière Gauja, le cours d’eau, par son travail de sape, a façonné une contrée d’aspect vallonné, inhabituel dans ce pays plat. Cela donne un paysage similaire, par exemple, à celui de la Bavière, surtout lorsqu’on voit se dresser au loin, juché en haut d’une colline dominant une boucle de la rivière, le majestueux château de brique rouge du maître de l’ordre livonien de Turaida. Cet édifice est fidèle à la tradition des châteaux féodaux, avec ses douves, ses remparts, son donjon, etc.
Jouxtant cette forteresse, une petite chapelle luthérienne transformée en musée, commémore la légende de Viktor et de Maija, les fameux amoureux séparés par l’officier polonais jaloux. Dans le même environnement se trouve le jardin des sculptures, où ont été taillés dans le granit les symboles de la vie traditionnelle lettonne.

Texte Erika Bodmer, Photos Gérard Blanc


Infos pratiques

Vol

Vol Genève-Riga avec airBaltic trois fois par semaine.

Hôtels

A Riga: Hôtel Riga, Old Captain, Konventa Séta; dans la région de Sigulda, Karlamuizu à Karli-Cesis.

Restaurants traditionnels

Rozamunde, Sraburags, Zijvu, Alus Seta.

Gastronomie

Petits pois noirs au lard et aux oignons, poissons fumés, (saumon, lamproie, hareng), oeufs de saumon, porc fumé, saucisses, vodka, bière locale.

Souvenirs

Vodka, oeufs de saumon, caviar, céramique, tissus, bijoux d’ambre.

Formalités

Passeport valable. Pas de visa pour les citoyens suisses.

Musées

Histoire de Lettonie, Janis Ramis, Riga et la navigation.

Argent

1 lat = 2,20 francs suisses. Cartes de crédit acceptées dans certains restaurants et magasins de souvenirs. On trouve quelques bancomats.

Share

Laisser un commentaire


2 + = 11

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici