Icelandair
Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Fédération suisse des agences de voyages : pour une assurance aérienne contre la faillite

Lorsqu’une compagnie aérienne est clouée au sol suite à une faillite, les passagers sont cloués au sol, leurs billets ayant perdu toute valeur.

La Fédération suisse des agences de voyages (FSAV) s’étonne que, alors que les voyagistes et agences de voyages sont astreint à souscrire à un fond de garantie sur les voyages à forfait à titre de protection des consommateurs contre les faillites, tel n’en soit pas le cas pour les compagnies aériennes.

Walter Kunz, président de la FSAV vient de tirer le signal d’alarme suite à un constat : en 2011, 23 compagnies ont déposé leur bilan au niveau international. En 2012, elles étaient au nombre de 28, parmi lesquelles la compagnie helvétique Hello Airlines. Au cours du premier trimestre 2013, cinq autres compagnies aériennes ont baissé pavillon. Outre les dommages occasionnés aux collaborateurs, ces cas lèsent également De nombreux passagers sur le plan financier. Si l’on en croit les chiffres publiés par la Commission européenne, près de deux millions de passagers européens ont perdu parfois beaucoup d’argent au cours de ces dix dernières années suite à la faillite de compagnies aériennes. A titre d’exemple, 758 000 billets d’avion réservés et payés ont perdu toute valeur après la faillite de la compagnie hongroise Malev, intervenue en février 2012. Aujourd’hui encore, un grand nombre de ces clients floués se battent vainement pour obtenir un remboursement. Au cours de derniers contact pris entre la principale association des agences de voyages suisses l’association et l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), et, surtout, après la faillite de Hello Airlines l’an dernier, la FSAV a insisté auprès de l’administration helvétique afin que les compagnies aériennes soient tenues de conclure une assurance contre l’insolvabilité. En cas de faillite, cette dernière couvrirait l’argent versé par les clients. Walter Kunz, directeur de la FSAV, a dès lors décidé de porter la revendication de la Fédération Suisse des Voyages à l’ordre du jour de la dernière rencontre de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) réunissant tous les représentants importants de la branche aéronautique suisse. «Il n’est pas tolérable que les tour-opérateurs et les agences de voyages se préoccupent des fonds de leur clientèle, tandis que les compagnies aériennes ne sont pas obligées d’assumer leur responsabilité en la matière», souligne Walter Kunz.

Share

Laisser un commentaire

Genève Aéroport

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter

Votre adresse mail :

 

annoncer sur Je pars Cliquez ici