Genève Aéroport
Touristes, si vous saviez...
JE PARS TRÈS LOIN

Angkor, la huitième merveille du monde

Siem Reap vit encore comme au temps des colonies.
On ne mesurera jamais le tort culturel fait par les Khmers rouges à cette région de l’Asie en laissant aussi longtemps à l’abandon ce bijou culturel, voire en en détruisant certaines parties. Aujourd’hui, tout ceci n’est plus qu’un vieux souvenir. Cette région a repris ses quartiers, y compris le centre-ville de Siem Reap, où les bâtiments datant de l’époque coloniale sont encore bien présents malgré une irrépressible expansion touristique. Pour quelques années encore, cette capitale du nord cambodgien vivra au rythme de la reine bicyclette, laquelle peut porter un stère de bois ou quatre passagers adultes à la fois. On croirait voir revivre les personnages des romans d’André Malraux, de Pierre Loti ou de Jean Lartéguy. La touche finale au tableau reste indubitablement le traditionnel chapeau conique porté par une majorité de la population locale.

Des temples à profusion
Difficile de trouver les mots pour décrire ces merveilles de l’art khmer classique qui s’étendent sur plus de 500 km2. Neuf monarchies ont couvert plus de 600 ans de l’histoire cambodgienne, et, parmi les nombreux temples qui s’érigent dans la région, tous ne furent pas construits à la même époque. Certains, par exemple, furent achevés au 9e siècle tandis que les tardifs furent terminés au 15e siècle.

Impossible de visiter tous les temples de la région tant ils sont nombreux et tous, d’ailleurs, ne sont pas accessibles. Disons que les principaux sont Angkor Vat, Angkor Thom, Ta Prohm Bayon Banteay Srey, Preah Khan Pre Rup, Baphuon. A lui seul, Angkor Vat, le temple des temples, est majestueux, depuis les douves et le portail d’entrée aux quatre enceintes qui le composent. Comme beaucoup d’autres sites archéologiques de la région, Angkor Vat se distingue par la variété infinie de ses bas-reliefs mettant en scène de divines créatures féminines, évocatrices du paradis sensuel des dieux-rois, des scènes de guerres mythologiques khmers entre singes et démons, et d’intéressantes scènes informant sur la vie courante au 13e siècle. Parmi les nombreux autres temples, on retiendra le petit bijou qu’est celui de Banteay Srey, perdu dans la jungle et découvert par un lieutenant français en 1914.

D’autres musts sont le Ta Prohm sur les murs croulants duquel les arbres ont plongé leurs racines depuis des siècles; le temple de Bayon au centre d’Angkor Thom, renommé mondialement pour ses 50 chapelles surmontées de 200 visages géants; la terrasse du temple Baphuon (construit en 1060), dont les bas-reliefs représentent des éléphants et des figurines multicolores, selon les différentes teintes de la pierre. Un peu partout, la touche orange des bonzes ponctuent l’image typique, de même que les multiples statues de Bouddha ornées d’offrandes comme, par exemple, des colliers de fleurs.

Ruralité
Au moindre rayon de soleil, le paysage rural des environs de Siem Reap s’égaye. S’ils représentent des tâches ingrates, les travaux des champs offrent des images très pittoresques comme, par exemple, un paysan guidant sa charrue tractée par un buffle dans un champ boueux et, à côté, un quatuor de paysannes coiffées du traditionnel chapeau conique, dit tonkinois, occupées au travail pénible du repiquage du riz.

Ce spectacle se répète un peu partout dans la campagne environnante avec, comme toile de fond, des cahutes en feuilles de cocotiers, des bovins à bosse pour tirer un soc de charrue et, courant partout, des bandes de porcs nains.

Une petite mer
C’est un spectacle multicolore tout aussi enchanteur qui se présente lors de la traversée en bateau des villages flottants de cette immense étendue d’eau qu’est le lac de Tonlé Sap, surnommé la mer Intérieure. Gonflée par les eaux du Mékong, sa superficie peut varier de 2500 km2 par temps sec à 12 000 km2 en période de crue pendant la mousson. Ces villages flottants ont beaucoup de caractère, avec les barques qui servent à tous les transports. On y croise aussi bien des embarcations chargées de poissons, de fruits ou de légumes que des cuisines ambulantes, de gamins en uniforme se dirigeant vers leur école, etc. Les habitations flottantes peuvent être des jonques ou des radeaux surélevés de quatre cloisons et d’un toit, maison éphémère qui peut être aisément déplacée d’un endroit à un autre, tirée par une barque à moteur, ou encore des house-boats dans le genre de ceux qu’on trouve sur les backwaters du Kerala (Inde).

Certaines de ces habitations font un commerce intensif d’élevage de poissons, fournitures essentielles pour la fabrication du nuoc mâm.

Textes et photos Gérard Blanc

À lire aussi :
Au fil du Mékong, à petits coups de gong…
Cambodge : les temples de Sambor Prei Kuk déclarés patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO
Cambodge : halte à la disparition du dauphin d’eau douce

Infos pratiques

Agence spécialisée : Terre Cambodge

Renseignements

Let’s Travel: +41 22 731 82 82, www.letstravel.ch; l’Atelier du voyage, +41 21 312 34 22, ww.atelierduvoyage.ch.

Vols

Genève-Paris-Phnom Penh avec Air France et PhnOm Penh Siem Reap avec Vietnam Airlines ou Genève-Dubai-Bangkok avec  Emirates et Bangkok-Siem Reap avec Bangkok Airways.

Formalités

Passeport valable et visa délivré par les ambassades ou sur place (photo + $ 20).

Change

Plutôt que le riel cambodgien, préférez le bath thaïlandais ou le dollar US qui ont également cours. Il peut arriver, par exemple, qu’on vous rende la monnaie en dollars quand vous avez payé en riels.

Boire et manger

La cuisine cambodgienne est similaire à la cuisine thaïe, mais il faut se méfier des aliments vendus par les échoppes ambulantes, dont l’hygiène laisse à désirer pour un Occidental. La plupart des plats khmers sont à base de riz et de poisson pêché dans le Tonlé Sap, comme, par exemple, le poisson amok au lait de coco et au curry. Autre plat typique: le boeuf loc-lac avec du citron, des oignons, des oeufs et des frites (assez nourrissant!). Mais la cuisine française est encore assez présente à Siem Reap et on y trouve facilement du pain.

Restaurants

Le Viroth’s (cuisine khmer), l’Escalade des sens (toujours traditionnel mais plus sophistiqué) et le Café Indochine.

Hôtels

L’hôtel de la Paix, l’un des plus anciens de la ville, fait partie du patrimoine national; le Samar, hôtel de charme de pur style khmer; Bakong Guest House, plus simple mais d’excellent rapport qualité-prix, à courte distance des principaux sites.

Un mot encore

Sur place, visitez donc le musée national. Il sera un excellent point de départ pour vous guider dans les péripéties compliquées de l’histoire locale. Le fin du fin restera de réserver un survol en montgolfière au coucher du soleil: un peu cher, peut-être, mais inoubliable!

Abonnements de visites

Le pass obligatoire pour visiter l’ensemble des sites d’Angkor est de $ 20 dollars par jour, $ 40 pour trois jours et $ 60 pour une semaine; porter son pass continuellement sur soi. Une photo d’identité est nécessaire pour établir votre pass. Un pass d’une journée n’est pas suffisant pour que vous vous fassiez une idée constructive des richesses d’Angkor. Celui de 3 jours est préférable. Celui de 5 et 7 jours est prévu pour la visite de temples plus lointains. Il est impossible de visiter les temples en marchant et il est déconseillé de visiter le site d’Angkor à vélo. Par contre, une bonne formule est de faire appel à un conducteur de «touk-touk» (tricycle à moteur) pouvant accueillir jusqu’à 3 personnes en plus du chauffeur, qui vous demandera 15 dollars pour l’ensemble des temples les plus proches. Il n’est pas indispensable d’avoir recours à un guide en plus de son chauffeur, car celui-ci saura parfaitement localiser tous les temples que vous souhaitez visiter.

Share

Laisser un commentaire


+ 5 = 9

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici