Touristes, si vous saviez...
EDITO

Tunisie : le all inclusive tuerait-il le tourisme ?

Dans les colonnes de notre confrère Tourmag, Mehdi Allani, jeune directeur de l’hôtel Le Sultan à Hammamet et réputé comme l’innovateur du tourisme en Tunisie, soulève un problème de fond qui remet en question le principe du « all inclusive », dont le ton avait, jadis, été donné par le Club Med.

« Le tourisme est un produit qui se définit dans sa globalité »,  déclare  Mehdi Allani, et d’ajouter « en gardant la clientèle captive, le all inclusive tue le tourisme ».

On boit du petit lait.

Voilà enfin quelqu’un qui a compris qu’il n’est pas bon pour l’ensemble du tourisme de cloisonner sa clientèle. C’est d’autant plus courageux que cette parole sort de la bouche d’un hôtelier.

Avec l’avènement d’Internet, le vacancier ou le voyageur d’affaires devient de plus en plus indépendant et de plus en plus difficile sur la qualité d’une chambre ou celle d’une table. Le cas de figure du vacancier qui a payé ses vacances bon marché et s’est trouvé dans un environnement insipide est malheureusement courant dans le monde du tourisme international. De plus, la clientèle qui, jadis, se laissait prendre à une animation forcée semble changer de camp. Les sempiternels buffets insipides et peu variés qui font le quotidien de bien des hôtels  cherchant à économiser par tous les bouts  lassent de plus en plus.  Chaque jour les vacanciers trouvent sur la toile  d’autres formules d’hébergements qui leurs conviennent mieux, comme le tourisme chez l’habitant et les hôtels de charme, à l’inverse du « all inclusive ».

Avec Medhi Allani, je confirme que l’hôtellerie se doit de s’intégrer dans un tout qui comprend les aspects culturel, gastronomique, artisanal (au sens noble du terme, fini le « made in China ») et fasse vivre l’ensemble des autres intervenants alentours. L’hôtellerie doit s’inscrire dans la globalité du développement d’une région au même titre que d’autres commerces de proximité et dans une forme de solidarité économique dont tous peuvent tirer profit.

« Libre de tout vivre » est le slogan publicitaire que s’est récemment donné le tourisme tunisien.

Un peu d’idéal n’est jamais de trop dans l’environnement difficile que traverse la Tunisie d’aujourd’hui.

Gérard Blanc

Share

3 Réponses à  to “Tunisie : le all inclusive tuerait-il le tourisme ?”

  • Blanchet Jean-Claude:

    Je voudrais féliciter cet hôtelier qui a compris que le touriste veut de plus en plus être libre de choisir si il veut rester toujours à la même place (hôtel et restaurant) ou changer au gré de l’humeur du moment. Pour ma part, j’aime changer souvent de lieu, d’hôtels et de restaurants .

    • Gérard Blanc:

      Merci pour votre commentaire.

      Nous allons le faire suivre à la personne concernée.

      Bien cordialement à vous.

      Gérard Blanc, rédacteur en chef

  • Mehdi.A:

    Ca fait un bail que le all inclusive a été abandonné par les hôteliers en Tunisie, faite un tour des offres et vous allez voir les prix de séjour proposés. le tourisme souffre de la mentalité des propriétaires d’hôtels le gain facile sans investir dans l’immatériel, avoir de belles unités ne suffit plus, le personnel saisonnier sans formation ni aucune motivation est la cause du mal alors Monsieur les directeurs et propriétaires d’hôtes faites confiance a votre personnel et surtout ne les recrutés pas seulement pour 2 mois et après les sortir comme des bons à rien

Laisser un commentaire

annoncer sur Je pars

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter

Votre adresse mail :

 

Cliquez ici