Touristes, si vous saviez...
PUBLIREPORTAGE

La Tunisie côté charme

La mode croissante des hôtels de charme offrant le calme, le confort, la cuisine raffinée et authentique et la décoration artisanale, est une valeur montante auprès d’une nouvelle catégorie de visiteurs qui aime se faire dorloter.

Après avoir misé à bon escient sur la thalassothérapie, la Tunisie se découvre un nouvel élan avec la promotion de ses anciennes demeures de maître aménagées avec goût pour le bonheur des vacanciers. On dénombre plus d’une cinquantaine de ces établissements répartis sur l’ensemble du territoire tunisien.

Dar SaidVoici quelques hôtels pour vous mettre l’eau à la bouche

Le Dar Dhiafa

Au milieu des oliviers et autres arbres fruitiers dans la campagne de Djerba, l’établissement est déjà prédisposé à une ambiance de calme et de sérénité, hors des grands axes.

L’entrée est discrète et c’est après avoir poussé la porte cloutée bleu pastel qu’on pénètre dans un havre de paix et de sérénité. Le mérite revient au designer qui a su marier la tradition datant de plusieurs millénaires avec l’artisanat local et un soupçon de modernisme. Le propriétaire, Slah Allani, n’a pas triché avec l’édifice d’origine en lui redonnant son âme ancienne.

L’ocre est omniprésent, pour les extérieurs comme pour les intérieurs. L’entrée est pavée de carreaux anciens dans les tons bleu-gris. On débouche dans une petite cour fleurie de bougainvilliers, avec un palmier niché dans un coin. Cette cour donne sur un autre espace réservé à la piscine et ses chaises longues. Plusieurs habitations portant des noms évocateurs des Mille et une nuits sont aménagées avec goût dans le pur style artisanal local, où on retrouve aussi bien le fer forgé que le tissage à la main.

http://www.hoteldardhiafa.com/

Le Dar Saïd

Cette demeure bourgeoise fut construite au milieu du 19e siècle et restaurée et aménagée en hôtel de charme dans le respect des normes architecturales de l’époque et trône au sommet de la colline de Sidi-Bou-Saïd. L’extérieur du Dar Saïd est doté d’une piscine au centre d’un jardin planté de jasmins, de cyprès et de bougainvilliers centenaires, le tout égayé de fontaines. La vue panoramique sur la Méditerranée fait de ce lieu historique, un cadre exceptionnel auquel s’ajoutent les traditionnelles couleurs bleues des portes et volets de Sidi-Bou-Saïd. Chacune des 24 chambres a été décorée différemment des autres.

A 3 km de là se trouve le parc de Carthage avec les célèbres vestiges puniques, les thermes d’Antonin, les villas romaines, l’amphithéâtre et le musée archéologique: un parcours verdoyant où l’esprit s’enivre d’un parfum envoûtant.

http://www.darsaid.com.tn

Dar Hi

Six ans après l’ouverture de l’hôtel Hi à Nice, Philippe Chapelet et Patrick Elouarghi ont renouvelé l’expérience à Nefta, au sud de la Tunisie. Et c’est à la designer Matali Crasset qu’ils ont confié le soin de concevoir et de réaliser le projet. De cette aventure collective est né «Dar Hi», un hébergement contemporain, entre la maison d’hôtes et l’hôtel de charme, aux confins du désert et de la ville.

Dar Hi se présente comme un ensemble, une sorte de village qui s’inscrit naturellement dans le paysage de Nefta et l’environnement de la ville. Entouré d’un mur comme toutes les architectures locales, Dar Hi suit le mouvement du terrain et épouse les formes du site pour émerger du sol. Massages, hammam et bains aux huiles essentielles dans le SPA hi body and soul, et nourriture et produits bio à la table sont les maîtres-mots du Dar Hi.

A l’ombre d’un mur d’enceinte, c’est un ensemble de maisons sur pilotis qui se dresse à la manière d’un village du bout du monde.

Les cuisinières proposent une cuisine locale simple et saine. Pas de grande gastronomie dispendieuse ni de produits importés de loin, encore moins de pseudo-cuisine authentique, mais plutôt une recherche d’autarcie et de développement local.

http://www.dar-hi.net

La villa Didon

Didon était une princesse phénicienne, première-née du roi de Tyr. Débarquée sur les côtes de l’actuelle Tunisie vers 814 av. J.-C., elle choisit un lieu où fonder la nouvelle capitale du peuple phénicien: Carthage.

Ancrée sur la colline de Carthage et proche des vestiges puniques, la villa Didon ne pouvait qu’emprunter ce nom illustre. Cet hôtel de charme adopté par le «Tout Tunis» est d’une architecture épurée. Elle fait du panorama un élément essentiel. La sobriété des lignes et le dépouillement des formes s’expriment dans des camaïeux de marbre allant du blanc au noir. Les dix suites design de l’hôtel conjuguent bien-être, sérénité et confort, où espaces de bain et de sommeil se confondent. Une originalité: dans l’une des suites, la baignoire trône au centre d’une chambre à coucher.

L’intérieur du Rest’ô Carthage est sous le signe de la lumière et de la transparence: la cuisine est ouverte et, si on veut, on peut participer à la préparation des plats multiethniques.

http://www.villadidoncarthage.com

La villa Zembra

Cette maison et table d’hôtes se situe sur une île appartenant à l’archipel du même nom, à la pointe du cap Bon et en bordure de mer, dans le petit village de pêcheurs d’El Haouira, là où se sépare la Méditerranée occidentale de l’orientale, à quelques encablures de la Sicile.

Le jardin arabe, le patio, les fontaines et les terrasses sont ouverts sur le maquis avec 5 chambres doubles totalement indépendantes et ayant aussi vue sur la mer et les autres îles de l’archipel. La table d’hôtes de villa Zembra est servie de saveurs du terroir et de produits de saison en livraison directe des maraîchers, des poissonniers et des bouchers artisans.

Le maître d’hôtes vous reçoit dans le plus pur respect des maisons traditionnelles tunisiennes. Votre arrivée est un événement important pour toute l’équipe, chaque visiteur étant considéré comme un VIP.

http://www.villa-zembra.com

Dar Bibine

Dar Bibine est une maison d’hôtes idéalement située au cœur de la médina préservée d’Erriadh dans l’île de Djerba. Le silence est à peine troublé par l’appel du «muezzin».

L’architecture djerbienne traditionnelle se mêle au design épuré blanc.

Le raffinement va jusqu’au linge de maison. Les draps de lit sont en lin, de même que les moelleuses serviettes et sorties de bain.

Erriadh est l’ancien Hara Seghira, un village qui fut jadis peuplé de juifs venus se réfugier à Djerba au 6e siècle avant J-C.

http://www.darbibine.com/

Share

2 Réponses à  to “La Tunisie côté charme”

Laisser un commentaire

annoncer sur Je pars

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter

Votre adresse mail :

 

Cliquez ici