Touristes, si vous saviez...
CONSEILS AUX VOYAGEURS

Quelle est la situation du tourisme tunisien aujourd’hui?

Pour le savoir, nous avons interrogé Anis Rezgui, directeur pour la Suisse de l’Office National du Tourisme Tunisien.

Je pars…: La Tunisie vient de vivre de grands moments avec un grand pas vers la démocratie. Quels sont les inconvénients constatés et les modifications nécessaires pour que tout revienne à la normale pour le tourisme?

Anis RezguiAnis Rezgui: La révolution tunisienne a été pacifique, mais une révolution aussi pacifique que possible ne se fait pas sans incidents. Aucun inconvénient n’a été enregistré à propos de notre clientèle touristique. On constate aujourd’hui un retour à la normale de la situation sécuritaire sur tout le territoire.

J.P.: Avez-vous des exemples concrets?

A.R.: S’il devait y avoir le moindre doute sécuritaire, il ne serait pas imaginable que des investissements à grande échelle soient en cours de réalisation dans le domaine immobilier. Je veux citer le mégaprojet immobilier du groupe Diar Qatar qui sera réalisé entre Nefta et Tozeur sur une superficie de 40 hectares pour un montant de 80 millions de dollars. Le second projet d’envergure concerne le groupe hôtelier Mövenpick Hotels & Resorts qui a annoncé son intention d’ouvrir deux hôtels à Djerba et Tozeur.

J.P.: Y a-t-il des endroits en Tunisie où il vaudrait mieux, pour des raisons de sécurité, attendre encore avant de s’y rendre?

A.R.: Je suis heureux de constater que le Département fédéral des affaires étrangères suisse ne mentionne plus de restriction de voyager en Tunisie, y compris même dans les régions désertiques au sud du pays. La destination est tout à fait sûre.

J.P.: Peut-on aujourd’hui en Tunisie parler ouvertement avec la population?

A.R.: Le peuple tunisien est connu pour être accueillant, très chaleureux, ayant le sens de l’hospitalité, ouvert et fier de ses 3000 ans d’histoire. Il est en grande majorité francophone, ce qui rend les contacts plus faciles entre les Romands et la population
tunisienne.

J.P.: La situation économique a-t-elle une influence sur le comportement de la population?

A.R.: La Tunisie connaît depuis une année une situation économique un peu difficile. Cela a créé un certain temps un sentiment de mécontentement, surtout chez les jeunes diplômés à la recherche d’un poste d’emploi digne et stable. Le gouvernement et les autres parties concernées ne se croisent pas les bras. Chacun œuvre pour relancer l’économie tunisienne dont le tourisme constitue une activité phare.

J.P.: On parle de relance du tourisme, en quoi cela va-t-il consister?

A.R.: L’Administration du tourisme travaille en étroite collaboration avec les professionnels du secteur. La mise en place de la stratégie de relance est axée sur plusieurs éléments essentiels:

1. le renforcement des campagnes publicitaires sous forme, notamment, de participation à de grandes manifestations touristiques et culturelles dans les marchés émetteurs;

2. l’organisation d’opérations d’envergure et de rencontres en Tunisie en présence de nos partenaires les tours opérateurs et des journalistes, etc.;

3. l’invitation des journalistes et des leaders d’opinion en Tunisie pour voir de près le changement qu’a connu le pays et juger d’eux-mêmes le retour à la normale de la situation sécuritaire;

4. le soutien aux entreprises touristiques tunisiennes en difficulté.

J.P.: L’hôtellerie tunisienne a certainement souffert du manque de visiteurs. Quelle est la fréquence touristique actuelle?

A.R.: Le tourisme tunisien montre progressivement des signes de reprise depuis le début de l’année. Le nombre de touristes a augmenté de 52,8% entre janvier et mars 2012 pour atteindre 938 005 clients. En ce qui concerne le marché suisse, nous avons enregistré une augmentation de 62,2% pendant la même période avec un total de 4349 touristes suisses, de quoi redonner de l’espoir à nos hôteliers.

J.P.: Qu’en est-il de l’entretien des plages?

A.R.: La Tunisie est réputée pour ses 1300 km de côtes. Les plages de sable fin et blanc occupent environ 600 km. De grandes opérations de nettoyage des plages sont faites régulièrement par les municipalités de chaque ville. Après la révolution, plusieurs associations ont vu le jour, comme, par exemple, l’Association tunisienne des randonneurs, et elles organisent à leur tour de grandes opérations de nettoyage des plages et de sensibilisation des jeunes quant au danger de la pollution sur l’écosystème marin.

J.P.: La Tunisie a-t-elle souffert de déprédations des sites archéologiques?

A.R.: Le peuple tunisien est un peuple éduqué et cultivé. Il connaît bien l’importance de son patrimoine culturel et il se montre à chaque fois prêt à le protéger. Très peu de gens savent que la Tunisie est le berceau de la grande Carthage et la patrie d’Hannibal, et qu’elle dispose de sept sites archéologiques placés sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité. La mise en valeur des sites culturels de notre pays occupe une grande place dans la promotion de notre patrimoine dans nos principaux pays émetteurs.

Propos recueillis par Gérard Blanc

Share

4 Réponses à  to “Quelle est la situation du tourisme tunisien aujourd’hui?”

Laisser un commentaire

annoncer sur Je pars

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter

Votre adresse mail :

 

Cliquez ici