Touristes, si vous saviez...
EDITO

Du calme, Messieurs les constructeurs

Plus que celle du Costa Allegra, la catastrophe du Costa Concordia fait réfléchir, non pas pour l’accident en soi qui, en faisant concorder les commentaires ici et là, serait le résultat d’une incompétence humaine, mais surtout en ce qui concerne la taille du navire. Pensez-donc : 3’800 passagers !

Où les constructeurs s’arrêteront-ils ?

Allures of the Seas, navire de 5’400 passagers ; Airbus A380, 555 passagers, Boeing 777, 440 passagers ; etc. Quand s’arrêteront-ils?

Ne serait-il pas le moment de revenir à une logique de transport à une échelle plus humaine ?

Je sais bien qu’il n’y a pas dans l’objectif de la construction de ces monstres que l’orgueil humain qui est en jeu. Il y a aussi l’idée d’offrir un maximum de sièges ou de cabines possibles pour faire jouer la concurrence. Il y a aussi le rapport financier que les constructeurs maritimes ou aériens en retirent, le nombre des emplois générés par ces constructions, etc.

Sur le plan purement commercial, je ne suis pas encore vraiment convaincu, car remplir de tels mastodontes n’est pas une sinécure pour les compagnies. Celles-ci doivent user de tous les subterfuges pour pouvoir arriver au moment du départ avec un nombre de passagers suffisant avec, parfois, un taux à la limite de la rentabilité.

Ecologique ? Les constructeurs avancent que ces appareils seraient plus écologiques que jamais parce qu’ils regroupent un maximum de passagers pour un seul vol à la fois. Je me pencherai prochainement plus à fond sur cet argument, mais il en est deux qui viennent immédiatement à l’esprit : la densité de pollution dans les zones proches des grands aéroports, là où les gros porteurs sont en grand nombre, et la pollution ajoutée des multiples avions « feeders » qui viennent de tous les azimuts remplir les gros porteurs.

Mais parlons maintenant de l’éventualité d’un accident ?

Certes, pour ce qui est du transport aérien, le nombre est d’un accident pour 2.7 millions de vols. Côté maritime, les statistiques indiquent qu’il y a eu 305 accidents en mer, dont 251 dus à des erreurs de navigation dont la majoritairement à des échouements (disent les statistiques). Mais on a récemment vu ce qu’un échouement pouvait avoir comme conséquences.

Gérard Blanc

Share

Laisser un commentaire


+ 9 = 14

Qatar Airways
  • TRAVAUX A LA GARE CFF DE L’AEROPORT DE ZURICH

    Les CFF renouvelleront l’intégralité des voies ferrées de 1 à 4 en gare de Zürich-Flughafen jusqu’à la fin mars 2020. Certaines voies devront être mis...

  • La situation aux Maldives

    Comme bien d’autres pays, les Maldives font l’objet de recommandations de la part du DFAE et du Quai d’Orsay. Dans le cas qui nous intéresse, c’est pr...

  • Nouvelles du ciel au 8 octobre 2019

    Amérique du Nord : French Bee projette de relier Paris à New York-Newark à raison d’un vol par jour, soit un départ de Paris à 14h pour une arrivée à ...

  • Magouille aux miles à Chicago

    Gennady Podolsky, directeur américano-ukrainien de l’agence Vega Travel à Chicago, a été épinglé par la justice étatsunienne pour avoir accumulé frau...

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter