Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Shutdown aux Etats-Unis : la pagaille dans les aéroports

Depuis le 22 décembre 2018, 800’000 fonctionnaires de l’administration des USA ne reçoivent plus de salaire. La raison est que la Chambre des représentants refuse le budget soumis par Donald Trump incluant la construction d’un mur à la frontière entre le Mexique et les USA pour un montant évalué à 5,7 milliards de dollars. Tant du côté de la Chambre des représentants que de Donald Trump, nous assistons à un bras de fer qui risque de durer, chacun campant sur ses positions.

Secteur par secteur, l’administration américaine s’effrite et les répercussions sont désastreuses dans beaucoup de secteurs, le personnel envisageant parfois de démissionner ou se faisant porter malade pour justifier un abandon de poste. Le phénomène  touche autant les agents du FBI que les agents de sécurité dans les transports et de la police fédérale, les employés de musées nationaux, les agents de contrôle sanitaire, etc.

Il fait de moins en moins bon de se rendre par avion aux Etats-Unis, jusqu’à ce que le problème soit réglé. C’est dans les postes de contrôle de sûreté et aux tours de contrôle que les perturbations se font de plus en plus sentir, créant d’interminables files d’attente avec, pour conséquence, de nombreux passagers manquant leurs correspondances. Le manque de personnel aux tours de contrôle engendre, comme on s’y attend, de nombreux retards de vols et un chaos sans nom dans les grands hubs connus pour leur densité de trafic. Depuis le 14 janvier 2019, l’espace billetterie et le poste de contrôle du terminal B de l’aéroport de Houston sont fermés.  Il en résulte une certaine pagaille qui oblige les passagers à transiter par les postes de contrôle du terminal  C et E. et, ensuite, de retourner au terminal B pour embarquer.  Le vendredi  11 janvier, l’aéroport de Miami a été contraint de fermer un terminal, car il n’y avait pas assez d’employés. 10.000 contrôleurs et 51.000 employés de la TSA (Transportation Security Administration), qui assurent les contrôles des passagers, ont été réquisitionnés et travaillent depuis Noël sans être payés, avec des journées qui peuvent atteindre 10 heures. Le taux d’absentéisme et d’arrêts maladie est monté en flèche. L’AFA (Airlines flight Attendants Association) a, elle, mis en garde contre les failles dans la sécurité. L’agence de contrôle sanitaire FDA (Food and Drugs Administration) est également frappée de plein fouet. A rappeler que c’est grâce à elle qu’une épidémie due à la bactérie E.Coli qui avait contaminé des stocks de laitues romaines a pu être évitée. Ses contrôles se limitent aujourd’hui à la viande.

Gérard Blanc

Sources : Business travel, 20 Minutes, Le Parisien, Wall Street Journal.

Share

Laisser un commentaire


deux + = cinq

  • Tunisie : Djerba, île sans plastique

    Le gouvernement tunisien a décidé d’interdire tous les sachets de plastique sur l’île de Djerba. A compter du 1er août 2022.

  • Croatie, un pont pharaonique pour l’avenir

    Le 26 juillet, la cérémonie d'ouverture du pont de Pelješac a eu lieu. Ce pont à plusieurs travées relie le sud de la Croatie au reste du pays et sign...

  • Saint-Firmin ou les taureaux de Pampelune

    Si vous vous trouvez aux environs de Pampelune cet été, il est impératif que vous assistiez aux « sanfermines » (fêtes de la Saint-Firmin). Des millie...

  • Hotelplan : priorité au train

    Hotelplan Suisse continue à développer son portefeuille de voyages durables. En tant que prestataire direct de voyages forfaitaires, il propose doréna...

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter