Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Bientôt une grève spectaculaire chez Ryanair

Faute de voir leurs contrats conformes aux législations propres à leurs pays respectifs, les pilotes de Ryanair se préparent à une grève qui serait suivie dans la plupart des bases européennes. Les choses bougent en Irlande, en Italie, au Portugal, en Allemagne, etc.

Si Michael O’Leary et son équipe de direction croyaient être sortis de leurs conflits avec leur pilotes,  ils en seront pour leurs frais. Plusieurs comités de commandants de bord viennent de se mettre en mouvement. Un peu partout en Europe, les actions des pilotes s’installent pour reprendre le bras de fer avec la direction. Cette fois-ci, des concertations entre les pilotes de plusieurs pays européens laissent présager un mouvement qui risque de s’étendre à l’Europe entière.  Fin octobre 2017, à la suite d’annulations en masse de vols, une revendication du personnel navigant avait été transmise à la direction. A ce jour, il semble qu’aucune décision concrète n’ait été prise par le management de la compagnie,  d’où une relance de grèves dans plusieurs pays européens.  En trente ans d’existence,  la compagnie lowcost n’a jamais connu un débrayage d’une telle ampleur.  La demande des pilotes ne se limite pas seulement aux salaires, mais revendiquent aussi des cadences moins astreignantes, un contrat de travail conforme à la législation de chaque pays, une couverture sociale  et, enfin, une reconnaissance syndicale pan européenne, chose qui a toujours été rejetée. C’est la période des fêtes de fin d’année que les pilotes de Ryanair ont choisie pour leur mouvement qui devrait déjà débuter le 15 décembre pour certains pays comme l’Italie qui débute de 13h00 à 17h00 et le 20 décembre pour l’Irlande, le Portugal et l’Allemagne. L’Espagne, elle aussi se joindra au mouvement mais n’a pas encore précisé la date.

Irlande : Chose inédite, c’est maintenant chez les  compatriotes de Michael O’Leary que le mouvement s’est déclaré. Les navigants irlandais réclament un nouveau système de négociations collectives pour remplacer le conseil représentatif mis en place dans chaque base par leur direction. Jusqu’alors, la chose a toujours été refusée par le transporteur. Environ 95% des pilotes seniors de Ryanair basés à Shannon, Cork et Dublin ont voté en faveur d’une grève selon l’Irish Airline Pilots Association (IALPA). Selon la loi irlandaise, après le vote, les grévistes doivent remettre leur préavis au moins 7 jours avant la date choisie.

Italie : Selon le quotidien français Le Figaro, la menace d’une grève historique démarre donc aujourd’hui 15 décembre 2017 ce qui confirme leur adhésion au mouvement qui se dessine sur le plan pan-européen.

Belgique : Un article de la chaîne de télévision belge RTBF indique que les pilotes belges sont prêts à passer à l’action en et sont prêts à se joindre à un mouvement de grève international.

Allemagne : Des pilotes allemands de Ryanair se sont, eux aussi, déclarés être prêts à rejoindre à tout moment le mouvement international  « Nous donnons à Ryanair une dernière chance d’éviter une grève en Allemagne et l’invitons à manifester immédiatement sa volonté de négocier sur les conditions de travail et de rémunération », a indiqué le président du syndicat allemand, Ilja Schulz.

Portugal : Selon le site Air Journal,  c’est le syndicat de pilotes SPAC (Syndicat portugais de l’aviation civile), disant représenter la majorité des pilotes de Ryanair au Portugal qui annonce avoir voté en faveur d’un mouvement social « pouvant aller jusqu’à la grève ».

Retour sur image : A la rentrée de septembre dernier, Ryanair annulait 2000 de ses vols faute d’un nombre suffisant de pilotes. Le président Michael O’Leary éludait alors le problème en mettant cette crise sur le compte d’un mauvais planning de vacances. Plusieurs pilotes y avaient alors vu un symptôme de rapports dégradés avec la direction, entraînant des départs vers d’autres compagnies.

Depuis : Selon le magazine en ligne Air Journal, la direction de Ryanair aurait fait diverses propositions pour améliorer les rémunérations et proposé un plan de protection sociale auprès de l’ ERC (Employee Representative Council), sorte de syndicat sans en être. Ces propositions avaient alors été rejetées par les pilotes.

Menaces : Selon le quotidien The Independent Michael O’Leary s’est exprimé en prévenant que toute grève aurait des  conséquences qui pourraient inclure le retrait d’avions dans les bases où les arrêts de travail seraient  lancés. Les premiers à subir cette menace seraient les pilotes basés à l’aéroport de Dublin qui,  selon le syndicat irlandais IALPA, ont été directement   avertis par la voie d’un memo interne, d’une diminution de leurs allocations et d’un gel des promotions, voire de déplacements vers d’autres bases.

Quelles chances pour les pilotes : Les difficultés sociales de Ryanair interviennent au moment où les pilotes de ligne de toutes les compagnies sont en position de force pour négocier, au vu des départs en retraite des anciens.  Avec un trafic aérien en pleine croissance dans le monde entier, les pilotes de Ryanair n’ont plus de souci pour trouver du travail ailleurs, ce qui les met en position de force.

Conclusion : Il est intéressant de constater que d’autres compagnies à bas coût, comme EasyJet, Vueling  ou Norwegian ne souffrent pas des mêmes conflits avec leurs pilotes.  Certes, sur le plan financier, Ryanair anticipe pour l’exercice 2017/2018 un bénéfice d’environ un milliard et demi d’euros.  Cette prévision ne tient évidemment pas compte des conséquences que pourrait avoir un tel mouvement de grève. Refuser de traiter avec les  syndicats de pilotes des pays européens où sont stationnés les pilotes est un choix stratégique de Michael O’Leary qui pourrait lui coûter très cher à moyen terme. La lutte risque d’être rude. En dernière heure, France Info informe d’un nouveau memo de la direction reçu par les pilotes italiens disant en substance « Un pilote doit travailler et se taire ».

Gérard Blanc

 

Share

Laisser un commentaire


8 + = 17

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Cliquez ici