Illico
Touristes, si vous saviez...
JE PARS FAIRE LA FÊTE

Célébrations du Nouvel An en Extrême-Orient

Le Nouvel An n’est pas à la même date pour tout le monde et, en particulier, dans le Sud-Est asiatique. Grâce à Phoenix, l’une des principales agences en charge de la réception des touristes dans cette région, nous sommes en mesure de vous informer un peu plus sur ces fêtes qui revêtent une importance primordiales pour leurs populations et auxquelles vous aurez, peut-être, l’occasion d’assister :

Du 18 au 24 février 2015 au Vietnam : Le Nouvel An vietnamien (appelé « Têt Nguyen Đán », à ne pas confondre avec les autres TET) est la fête la plus importante dans la culture vietnamienne. La date est définie en fonction du calendrier lunaire. Les vacances du Têt commencent le premier jour du premier mois lunaire et durent environ 5 à 7 jours.
Pendant le Têt, les gens rentrent dans leur ville natale et retrouvent leurs parents. C’est la période de l’année où l’on rend hommage aux ancêtres dans les temples et les pagodes, et l’on prie pour que l’année à venir soit remplie de bonheur et prospère pour la famille.
La préparation des vacances commence environ un mois avant. Les gens décorent leur maison avec des fleurs et confectionnent de la nourriture traditionnelle. Dans le Nord, on décore sa maison avec « hoa dào » (des fleurs roses) ou des mandariniers, alors que dans le Sud on utilise les fleurs « hoa mai » (des fleurs jaunes). Dans les grandes villes comme Hanoï, Da Nang et Ho Chi Minh-Ville, des marchés aux fleurs sont mis en place pour célébrer et décorer la ville pendant le Têt.
Le plat majoritairement servi pour le Têt est le « bánh chung » dans le Nord et le « bánh tét » dans le Sud. Ils sont tous deux essentiellement composés de riz gluant, de viande et de haricots verts.
Une des coutumes importantes du Têt est la distribution de « Li Xi », enveloppe rouge contenant de l’argent. On l’appelle aussi l’argent de la chance car en donnant, les Vietnamiens pensent ainsi attirer l’argent dans leur famille pour toute l’année.

Du 18 au 20 février 2015,  en Corée du Sud : 
 Seollal (Nouvel An lunaire) est l’une des principales fêtes traditionnelles coréennes (avec Chuseok, la fête des moissons, à l’automne). Il correspond au premier jour de l’année du calendrier lunaire. La date est variable, mais la fête a toujours lieu entre le 21 janvier et le 20 février. La fête s’étend sur 3 jours : le Nouvel An, la veille et le lendemain.
La semaine précédant le Nouvel An est consacrée à la préparation des rites ancestraux et à l’achat des cadeaux. Pour Seollal, les Coréens rentrent dans leur ville natale pour voir leur famille. La veille, ils préparent des plats traditionnels qui varient suivant les régions. Le jour J, ils revêtent l’habit traditionnel, le hanbok. Avant le repas, ils rendent hommage aux ancêtres avec de multiples rituels, comme les offrandes de nourriture par exemple. A la fin du repas, les plus jeunes s’inclinent pour rendre hommage aux anciennes générations. En retour, les plus âgés leur adressent leurs vœux et leur donnent de l’argent. Pour finir la soirée, il est coutume de jouer à des jeux de société coréens en famille, comme le yutnori qui est l’équivalent du jeu des petits chevaux.

Du 12 au 16 avril 2015 : Chaul Chnam Thmey au Cambodge
Le Nouvel An Cambodgien (ou Nouvel An bouddhiste Khmer, est appelé Chaul Chnam Thmey, qui signifie littéralement « entrer dans la nouvelle année ». A l’origine, le Nouvel An Khmer était fêté en même temps que la Fête des eaux en novembre, mais au VIème siècle, il a été décalé en avril. Quant à la Fête des eaux, elle a été maintenue en Novembre. Le nouvel an est très important au Cambodge car il est souvent l’occasion pour les jeunes femmes et les jeunes hommes de faire des rencontres.
Origine : C’est la Fête des eaux du Cambodge qui a inspiré les célébrations du Nouvel An réalisées aujourd’hui au Myanmar, au Laos et en Thaïlande.
En effet, le Nouvel An et la Fête des eaux avaient tous deux lieu en novembre au moment où le courant du Mékong s’inverse pour descendre du Nord-Ouest vers le sud-est et arrête d’alimenter le lac Tonlé Sap. Ce phénomène est unique au monde, et on assiste alors à ce qu’on appelle le « retournement des eaux ». Le renversement contraire de la rivière se produit en avril, cette date a donc été retenue pour permettre aux agricultures de profiter des festivités du nouvel an à la fin des récoltes.
L’eau est un élément central de la célébration du Nouvel An car elle est considérée comme un moyen de purification. A l’origine, les cadets versaient de l’eau aromatisée sur les mains de leurs ainés pour les laver des esprits malins pour la nouvelle année à venir. Au fil du temps, la tradition a quelque peu évolué. On assiste désormais à des batailles d’eau géantes dans les rues et c’est pour cela que le Nouvel An bouddhiste est aujourd’hui associée à la fête de l’eau. C’est une des périodes les plus chaudes de l’année, les habitants ne trouvent donc pas désagréable le fait d’être rafraîchi, pour ne pas dire complétement trempés.

Du 12 au 16 avril 2015, le Nouvel An Bouddhiste Theravada, en Thaïlande, au Laos et au Myanmar :
Au Myanmar, au Laos et en Thaïlande, le bouddhisme de la branche Theravada est majoritairement pratiqué. Dans cette religion, le Jour de l’An jour est lié au calendrier lunaire, mais pour une question purement pratique, ces trois pays ont choisi de fixer cette fête entre le 12 et le 16 avril. En 2015, ils entreront dans l’année 2559. Le calendrier bouddhiste a 544 ans d’avance sur le calendrier grégorien. Le Nouvel An coïncide également avec la fin de la saison sèche et le début de la saison des moussons et est ainsi considéré comme un jour de renaissance.

 

 

Share

Laisser un commentaire


+ 4 = 7

VT Vacances

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter


 

Lyria