Touristes, si vous saviez...
BRÈVES

Ebola : le virus s’étend encore

Selon un nouvel article publié dans le New England Journal of Medicine six mois après la première notification à l’OMS de la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’ouest, des experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Imperial College de Londres prédisent que, si les mesures de lutte en Afrique de l’Ouest ne sont pas rapidement renforcées, le nombre de cas continuera à augmenter de façon exponentielle et que plus de 20 000 personnes auront été infectées d’ici début novembre.

Ampleur de l’épidémie
Bien que la flambée ait été notifiée pour la première fois à l’OMS le 23 mars 2014, les enquêtes rétrospectives ont montré qu’elle avait débuté en décembre 2013. Entre le 30 décembre 2013 et le 14 décembre 2014, 4507 cas au total ont été notifiés à l’OMS.

Propagation de l’infection
L’examen des données a fait aussi apparaître plus clairement la propagation. Fin décembre, les premiers cas ont été rapportés dans les zones forestières de la Guinée. En mars, lorsque le Gouvernement a alerté l’OMS, la maladie s’était déjà propagée des zones forestières à la capitale, Conakry. En mai, la flambée s’est étendue avec force à la Sierra Leone et en juin, elle s’est vraiment installée au Libéria. À partir du mois de juillet, le nombre de cas a fortement augmenté dans les trois pays.

Projections
Bien que l’épidémie qui touche actuellement l’Afrique de l’Ouest soit d’une ampleur sans précédent, l’évolution clinique de l’infection et la transmissibilité du virus sont similaires à celles constatées lors des précédentes flambées de maladie à virus Ebola.
Cette région est confrontée à des problèmes qui rendent plus difficile un endiguement rapide du virus. En premier lieu, les systèmes de santé des trois pays ont été mis à mal par des années de conflit et la pénurie d’agents de santé est importante, ce qui fait que le système est plus fragile que dans d’autres pays touchés par des flambées de maladie à virus Ebola. En outre, certaines caractéristiques de la population ont pu entraîner une propagation rapide de la maladie. Ainsi, les populations de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone entretiennent des liens très étroits, la circulation transfrontalière est très importante à l’épicentre et il est assez facile de voyager par la route entre les petites villes et les villages des zones rurales et les capitales densément peuplées.
Il semble que la vitesse à laquelle des mesures de lutte rigoureuses sont appliquées soit déterminante dans l’ampleur de la flambée.
Des traitements et des vaccins expérimentaux offrent des perspectives prometteuses mais, même s’ils se révèlent sûrs et efficaces, il faudra sans doute attendre plusieurs mois encore avant qu’ils soient disponibles en quantités suffisantes pour changer la donne.
Le risque que la flambée de maladie à virus Ebola continue à s’étendre est réel. Cette étude fournit les données nécessaires pour donner l’alerte. Une alerte à laquelle auquel il faudra répondre par une intensification des mesures de lutte tout en s’attelant à mettre au point et à distribuer rapidement de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins.

Share

Laisser un commentaire


un + = dix

  • Voler moins cher

    Une étude réalisée par la plateforme Expédia révèle quelques astuces dont il faut profiter jusqu’à ce que les algorithmes changent la donne car, ne v...

  • Le voyage virtuel ne peut pas remplacer le voyage physique

    Une nouvelle activité semble prendre de l’ampleur et fait débat: celle des voyages imaginaires par le biais de la « Virtual Travel Industry ». Elle n...

  • Majorque : une nouvelle loi écologique

    A Majorque, les hôtels doivent maintenant remplacer les installations de chauffage fonctionnant au fuel ou au diesel par des systèmes de chauffage éc...

  • Ryanair et la grève ATC française

    On apprend qu’une demande officielle émanant de Ryanair vient d’être envoyée à l’Union européenne pour que des mesures immédiates soient prises contre...

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter