Touristes, si vous saviez...
JE PARS SÉJOURNER

Le Nautile à la Réunion

Dans un endroit idyllique comme l’île de La Réunion, un hôtel de charme et son côté familial sont, pour moi, préférable à un établissement guindé et impersonnel.

Pourquoi plus ici qu’ailleurs? Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je m’attends davantage à y rechercher des contacts chaleureux, privilégiés et simples avec ce peuple qui est à la fois français et tropical. Selon mon image d’Epinal, l’expression populaire créole, par le langage, les traditions, la musique et la danse devrait se retrouver aussi dans l’atmosphère d’un établissement de vacances balnéaires, or ce n’est pas toujours le cas. En débarquant à cet hôtel qui s’appelle Le Nautile, situé entre la station balnéaire renommée de Saint-Gilles et le village de La-Saline-les-Bains, j’ai découvert un petit trésor offrant en prime un confort digne de la réputation des hôtels de charme (les anglophones appellent cela un «boutique-hôtel»), ce qui n’est pas à négliger pour un épicurien comme moi qui apprécie les vacances avec les doigts de pieds en éventail.

Un petit plaisir simple: Le matin, en ouvrant la fenêtre de ma chambre, j’ai découvert à une dizaine de mètres le somptueux panorama de la plage et les eaux turquoises qui la baignent et, plus loin, le lagon de l’Ermitage et les remous de la barrière de corail m’assurant d’une baignade totalement à l’abri des requins. J’ai découvert par la suite que cette plage était la plus belle étendue sablonneuse de l’île de la Réunion et, de plus, qu’elle était classée parmi les réserves naturelles marines mondiales.

Intérieurs: Dans ma chambre, j’ai découvert une décoration fidèlement créole. Dans l’ensemble, il se dégageait de cet hôtel une sorte de sérénité et de calme, loin du centre parfois tapageur du centre de Saint-Gilles et, surtout, à l’échelle humaine, avec un grand sens de l’art de vivre.

On déguste: En passant à table, j’ai eu le plaisir d’y trouver une cuisine de spécialités créoles et métropolitaines. Le Nautile sait cuisiner simple et goûteux sans faire compliqué, avec, proximité de la mer oblige, des poissons et fruits de mer pour le repas du soir. Un regret: A midi, c’est le sempiternel buffet au quel même un hôtel de charme n’arrive pas à se soustraire. Une bonne idée serait, comme dans d’autres établissements du même style, qu’il y ait un menu du jour en parallèle au buffet. L’apothéose est de se prendre un bon rhum «arrangé» local pour clore un bon dîner et refaire le monde avec des rencontres du moment jusqu’au bout de la nuit, voire de poursuivre la soirée dans les bulles du jacuzzi extérieur.

Texte et photos Thierry Porchet

Share

Laisser un commentaire


8 + 4 =

Qatar Airways

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter